Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

A- L’EUROPE, UNE VRAIE POUBELLE RADIOACTIVE

Il existe une histoire terriblement triste qu’on a cachée à des générations d’Européens. Ils sont donc nés, ont grandi et sont morts restant complètement idiots, ignares de tout ce qui les entourait. Ils sont morts idiots car ils n’ont jamais pu se poser une question qui pourtant était tellement élémentaire : Depuis la révolution industrielle au 19ème siècle, qu’a-t-on fait de tous les déchets toxiques résultats des erreurs et tâtonnements du début de l’industrialisation ?

La vérité tenue secrète est que l’Europe, toute l’Europe est une sorte de poubelle radioactive. En Europe s’est passé quelque chose de très préoccupant. C’est que chaque pays cherchant à faire le malin a en toute confidentialité enfoui ses déchets radioactifs chez le voisin. Et ce voisin, ignare de ce que l’autre était venu enterré chez lui, est aussi allé enterrer ses propres déchets chez un autre voisin encore. Des années ont passé. Et la facture se présente très lourde à supporter et se traduit en prolifération des cancers dans toute l’Europe.

Nous sommes en 1949, le Royaume-Uni, va débuter une activité nocturne légèrement suspecte aux larges des côtes françaises : immerger ses déchets radioactifs dans la mer, à 15 km seulement des côtes françaises du Cap de La Hague. Cette activité va durer 17 longues années avant que la France ne le découvre et y mette fin.

Au même moment, dans les années 60, la France allait aux larges des côtes espagnoles enfouir ses propres déchets dans l’Océan Atlantique. Elle reconnait avoir ainsi enterré 14 000 tonnes de déchets radioactifs en mer.

En 1967, accompagnée de 4 complices : l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, la France va immerger 36 000 fûts contenant 11 000 tonnes de déchets radioactifs aux larges des côtes espagnoles de la Galice.

Elle va récidiver en 1969, cette fois-ci avec une nouvelle bande de complices : l’Italie, la Suède et la Suisse vont venir s’ajouter à l’ancienne bande de la Belgique et du Royaume-Uni pour l’immersion de 9 000 tonnes de déchets radioactifs en mer. Cette fois-ci, on le fait aux larges des côtes françaises de la Bretagne. De toutes façons, les Bretons sont un peuple à part, un peu rebelle qui ne se sent pas très français ; il peut donc être sacrifié. Encore aujourd’hui en 2014, il n’existe aucune station de péage sur les autoroutes bretonnes, parce qu’ils n’en veulent pas et donc, chez eux toutes les autoroutes sont gratuites. Et en 1969, ce peuple breton n’est pas au courant et ne peut donc pas réagir et se rebeller.

Tout cela a été interdit en 1983, avec la Convention de Londres. Conséquence, tous les pays européens ne savent plus quoi faire de leurs déchets qu’ils continuent à produire. C’est un peu le sauve-qui-peut avec pour conséquence naturelle l’augmentation exponentielle du nombre de décès dus à des cancers.

Mais en 1996, l’association écologique italienne Legambiente a tenu une conférence pour dire qu’une entreprise britannique dénommée ODM (Oceanic Disposal Managemnt) proposait ses services pour contourner l’interdiction de la Convention de Londres. Elle justifiait ses services en disant que la convention de Londres interdisait de ne pas enfouir les déchets radioactifs dans les mers et les océans alors qu’elle les enfouissait plutôt sous la mer. Et pendant 20 ans tous les États européens se sont cachés derrière cette nuance pour continuer à enterrer des bateaux entiers pleins de déchets. C’est ce qui explique que la plupart des poissons pêchés aux larges des côtes européennes sont radioactifs.
C’était en tout cas la technique la plus utilisée par tous les Européens pendant plusieurs décennies, une vraie politique de l’autruche : enfouir la tête dans le sable pour ne pas affronter le problème en face. Et cela consistait tout simplement à prendre un vieux bateau destiné à la casse, le remplir de déchets radioactifs ou toxiques et aller le faire couler aux larges des côtes européennes. Ainsi, pratiquement toutes les cotes européennes de la Méditerranée et de l’océan Atlantique, mais aussi de la Manche sont pleins d’épaves de bateaux contenant des déchets toxiques. De temps en temps, quelques déchets remontent à la surface ou sont tout simplement découverts par les pécheurs. Dans toute l’Europe c’est une véritable catastrophe nucléaire avec une montée vertigineuse des cas de cancer de tout genre.

1- EN FRANCE 

La France croule sous le poids de ses déchets radioactifs. Son sous-sol est une véritable bombe radioactive. L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), dans son rapport 2012, donne un chiffre qui fait froid dans le dos : la France a 1,32 million de mde déchets radioactifs, et elle ne sait vraiment comment s’en débarrasser. Il faut préciser que ces chiffres, certainement minorés, nous viennent des déclarations des 3 principaux producteurs français de déchets radioactifs (EDF, Areva, CEA) pour l’année 2010.

Alors au président Sarkozy est peut-être venue une brillante idée : pourquoi ne pas se débarrasser des déchets radioactifs en les enfouissant dans les constructions, dans les sous-sols d’autoroute durant la construction ? Aussitôt dit, aussitôt fait. Aujourd’hui, plusieurs tronçons d’autoroutes françaises sont certainement en cours de construction avec un mélange de ciment, d’aciers et de déchets radioactifs.

Dans ce merveilleux pays démocratique qu’est la France, une entreprise nous intéresse dans notre analyse. Elle ne comporte que 3 syllabes : Socatrie. Vous ne la connaissez pas, c’est normal. Même 99% des français ne la connaissent pas. C’est une entreprise en apparence insignifiante avec un seul actionnaire, et un capital de seulement 200.000€, crée et immatriculée au Registre de Commerce et des Sociétés de Nanterre dans la région parisienne (92) le 18 décembre 1974 avec le n° B 302 639 927, sous la forme juridique de EURL précisément, son siège social se trouve au 1, place Jean Millier à Courbevoie, en région parisienne.

Cette entreprise en apparence seulement très insignifiante va pourtant réussir ce que la mafia italienne qui malgré son exploit de créer des partis politiques, élire les députés au parlement italien et avoir des ministres, n’a jamais réussi à faire : rendre parfaitement légal ses activités détestables d’empoisonnement des populations. Mais avant de développer le sujet, cherchons à savoir plus de ce Socatri qui veut dire : Société Auxiliaire du Tricastin. C’est quoi ses activités ? elle est enregistrée sous le code 3822Z, qui en France signifie : « Traitement et élimination des déchets dangereux » et dans la catégorie : « Eau et gestion des déchets ». Qui est son unique actionnaire ? Areva. Oui, vous avez tout compris : Areva produit les déchets nucléaires et sa filiale Socatri et chargée de les faire disparaître. Comment ? Nous allons le voir maintenant.

Nous sommes en septembre 2004, Socatri demande au préfet du département français de la Loire, l’autorisation pour faire l’impensable : violer les lois françaises et surtout le code de santé publique. Il lui demande ni plus ni moins que l’autorisation d’aller dans une aciérie de la place dénommée Feurmetal et de faire fondre 550 tonnes de ferrailles radioactives, pour ensuite la dissimuler à hauteur de 20% dans l’acier normal et le destiner à la fabrication des objets pour le grand public, notamment l’acier pour la construction des bâtiments, des ponts, des autoroutes. Selon vous, ce préfet va l’autoriser ou refuser en lui demandant de respecter la loi ? Eh bien, vous avez vu faux. Le préfet l’autorise. Mais là, le pire n’est pas encore arrivé, puisque cela ne reste qu’au niveau d’un petit département. 5 ans plus tard, c’est-à-dire en 2009, 2 ans après l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, c’est l’Etat central qui va lui-même autoriser d’empoisonner les français à grande échelle avec cette pratique. En d’autres termes, c’est sous le gouvernement de François Fillon avec Nicolas Sarkozy, le maitre du jeu que les entreprises françaises peuvent désormais en toute tranquillité, recycler les déchets nucléaires dans les biens de consommation, mais surtout, les produits de construction. Nous sommes le 5 mai 2009, un arrêté ministériel, introduit une procédure de dérogation, au code de la Santé, contre l’avis même de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD). En d’autres termes, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, 4 Ministres ont émis un décret pour permettre de déroger ou plus prosaïquement, d’annuler deux articles du code de la santé publique en France et qui datait depuis Lionel Jospin en 2002. Notamment les articles R.1333-2 et R.1333-3. Et que disaient ces 2 articles ?

– Article R.1333-2 : il est formellement interdit d’ajouter délibérément des substances radioactives dans les aliments, les biens de consommations et les produits de construction
– Article R.1333-3 : il est formellement interdit d’utiliser des matériaux et des déchets provenant d’une activité nucléaire – et qui sont contaminés ou susceptibles de l’être – pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction

Et quels sont les 4 Ministres impliqués ?

Dans le décret de 2 pages et de 3 articles publié au Journal officiel du 14 Mai 2009, il y a 4 ministres pour ce seul petit document, à savoir :

Le ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, la ministre de la santé et des sports et la ministre du logement. 4 Ministres, ça sent du lourd et c’est du lourd.

Selon la CRIIRAD qui est désormais lancée dans une course contre la montre pour stopper cette folie et qui pour l’instant n’est écoutée par personne, ni de droite, ni de gauche, encore moins par le Conseil d’Etat, les substances radioactives qu’on autorise dans les produits destinés au grand public, ont la capacité d’induire des cancers chez les personnes exposées et des maladies génétiques chez leurs descendants. En d’autres termes, l’Etat français empoisonne ses propres populations en sachant très bien que des cas de cancers toujours plus nombreux vont faire leur apparition, même en Afrique, notamment à ceux qui sont friands des produits Made in France ou tout simplement Made in Europe.

Plusieurs associations écologiques françaises sont mobilisées contre ce décret, mais rien n’y fait, on est en démocratie, on peut tuer son propre peuple, mais à partir du moment où c’est ce peuple qui a élu ces mêmes dirigeants, alors, rien n’est bien grave. On peut même se permettre le luxe de donner aux autres nations les leçons de démocratie et même de bonne gouvernance.

Depuis qu’on a interdit en 1983, de déverser la poubelle radioactive à la mer, les producteurs d’électricité à travers le nucléaire ne savent plus vraiment quoi faire pour les déchets. Alors, presque tous à commencer par l’Allemagne ont joué sur le chauvinisme français. Tous ont chanté en chœur que la France était le pays le plus intelligent au monde pour s’occuper des déchets radioactifs, que la France était la seule nation de la planète à comprendre et maîtriser le traitement des déchets nucléaires. Et les français sont tombés dans le piège des autres. Leur pays est ainsi devenu la poubelle radioactive de l’humanité. Tous lui ont envoyé des wagons, des conteneurs, des bateaux entiers de déchets toxiques ou nucléaires. Cette supercherie va durer jusqu’à l’arrivée d’une dame au Ministère français de l’écologie, Madame Ségolène Royal. Elle a refusé l’importation en France de 9.000 tonnes de déchets toxiques venant d’Australie. Nous sommes le 18 Juillet 2014. En pleine vacance d’été, un communiqué d’une vingtaine de ligne est envoyée à la presse pour annoncer cette nouvelle. Ce qui va nous intéresser dans ce communiqué, c’est sa conclusion, et c’est là où la Ministre montre qu’elle a finalement compris que pendant des années, la France a tout simplement été roulée dans la farine par ses amis autoproclamés « pays démocratiques », comme elle, en la submergeant de ses déchets les plus dangereux. Elle dit en effet : si la technologie française pour traiter les déchets est si au point pour résoudre ce problème, pourquoi ne pas l’acheter en France et traiter vous-mêmes vos déchets ? Il était peut-être temps pour que quelqu’un se réveille dans ce pays-là. Voici le communiqué dans son intégralité :

l’article est long, la suite ici :

source: http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-16343.html

via: resistanceauthentique

Publicités