Mots-clefs

, , , , , , , ,

1)  Fermer les écoutilles

Éteignez la télé et la radio  ou si vous aimez avoir l’une ou l’autre  en bruit de fond, choisissez des chaînes sur la nature, la géographie, la culture, la bonne musique pour vous tenir compagnie. Une info d’une demi-heure suffit largement pour s’informer dans les grandes lignes. N’oubliez pas que même si vous pensez regarder ou écouter avec esprit critique, les images, les mots ou les messages subliminaux véhiculés sont enregistrés par votre inconscient, mémorisés, stockés et sauront ressortir sous le coup d’une forte émotion. C’est une vérité que possèdent parfaitement les agences de marketing politiques ou marchandes !

Fuyez les cassandres de tout bord qui aiment le pouvoir et se complaisent à dominer en semant la peur. Ne rabâchez pas en groupe, cela fait monter inutilement la mayonnaise et est rarement productif.

2) Se concentrer sur le quotidien

A moins que vous ne soyez investi dans une action précise, laissez le monde à l’extérieur. Créez un oasis dans votre environnement quotidien. Il existe déjà suffisamment de stress à gérer lorsque l’on travaille et qu’on a la responsabilité d’une famille.  Rajouter de l’angoisse au stress, fantasmer sur un avenir incertain, alimente les peurs, ne modifiera pas votre futur et  vous ne permettra pas d’être plus lucide et de réagir plus concrètement  et correctement si nécessaire, au contraire !

Pensez aussi que cette accumulation de sentiments négatifs vous rend moins accessible pour vos proches à tout ce qui agrémente le vivre ensemble : patience, tolérance, écoute, compréhension…

3)  Pratiquer des activités libératrices

Faites du sport pour vider vos tensions, marchez dans la nature ou dans un parc, arrêtez-vous sur des images plaisantes, câlinez vos animaux, les arbres ou allongez-vous dans l’herbe, c’est très déstressant,

RIEZ ! le rire est une extraordinaire soupape pour les tensions.

Soyez créatifs : bricolez, peignez, commencez un journal intime dans le quel vous pourrez exprimer toutes vos angoisses et vos interrogations, jardinez, soignez votre bonzaï, faites de la musique, du macramé, cuisinez, dansez, bref, faites ce que vous aimez faire. La concentration que cela demande et le plaisir que vous en tirerez vous videra l’esprit des pensées parasites,

Tout ça c’est encore mieux si on le partage avec ceux que l’on aime

4) Essayez d’être positif.

Nous sommes sensibles, même inconsciemment, à ce que dégagent les autres. Vous vous ferez du bien et à votre entourage également.

Pratiquez  la méditation. Le silence intérieur permet de se pacifier, de prendre de la distance et de contacter en vous ce que vous avez de meilleur. Cela aide à réévaluer vos priorités et, en plus, cela aiguise le sens de l’humour et de la dérision.

5) Soyez forts.

La force n’est pas la brutalité, c’est même l’inverse. La création nous a dotée d’une conscience complexe, servez-vous en, ne laissez pas le cerveau reptilien et ses instincts de mammifère  prendre le dessus… Il est parfois utile, certes, mais s’il est maîtrisé.

Surtout, ne craignez pas le regard d’autrui. Soyez-vous mêmes ne vous laissez pas influencer.  Ce que les autres pensent avec leur petits logiciels personnels leur appartient. La vérité de tel ou tel, n’est pas obligatoirement la vôtre. Avant de porter un jugement, rassemblez le plus honnêtement possible des éléments concrets. Dans une situation de crise, ne vous fiez ni à votre imagination ni  à vos émotions, elles sont souvent mauvaises conseillères.

Ces conseils sont simples et modestes. La liste n’est pas exhaustive. Si vous avez d’autres suggestions, ne manquez pas de les partager, elles sont les bienvenues.

Plus que jamais nous avons besoin de nous serrer les coudes.

Galadriel

source: les brindherbes engagés

love

Publicités