Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ignorance programmée

 

Pourquoi nous trouvons nous si démunis à une époque où les savoirs sont accessibles et les bibliothèques ouvertes à tous ? Pourquoi même les étudiants déplorent une connaissance lacunaire des mécanismes de l’appareil gouvernemental ? Pourquoi sommes-nous tels des enfants face à des maîtres ? Pourquoi ce qui relève de l’évidence prend des allures de révélations ou de secrets d’initiés ?

Les révolutions « démocratiques » du XVIIIe prétendaient exiger de la population française qu’elle devienne dans sa majorité, des citoyens éclairés et critiques quant à l’évolution de leur République.
Comme le déplore le sociologue Christopher Lasch dans Culture de masse ou culture populaire ?  « Notre système d’éducation, de surcroît, repose de plus en plus sur ce principe implicite qui veut que les démocraties puissent fonctionner même lorsque les citoyens ne sont pas éduqués »

Or sans instruction politique le citoyen est relégué au rang de simple spectateur ! Cette évidence n’offusque pourtant pas le socialisme sauce caviar qui défend une inculture de masse en prétendant se soucier des aspirations populaires ! Faisant au passage l’économie du minimum ; car sauf utilité universitaire, qui connaît la Constitution ? Pourtant, ce qui chez nous apparait comme révolutionnaire, s’applique ailleurs, notamment au Venezuela. Ainsi les enfants du gouvernement Chavez apprennent à lire sur la Constitution !

Le pouvoir reste donc aux mains de ceux qui usent et abusent d’outils technocratiques à défaut d’être démocratiques, basant ainsi la mécanique sur les inégalités de classe. Et afin de toujours rester sur le haut du panier, la caste dominante sait pour quels enseignements opter : Science-Po, ENA, droit… En témoigne également la fulgurante et récente mode des prestigieuses écoles de commerce made in america… Butin assuré !

Prenons la dette souveraine par exemple, et son remboursement que l’on présente comme une fatalité. Comment le plus grand nombre peut-il en saisir les enjeux lorsque la création monétaire est à peine évoquée dans tous les enseignements de base ? Alors qu’elle est la clé même pour comprendre tout le fonctionnement économique de nos oligarchies bancaires mondiales. Comment pouvons nous continuer d’accepter toutes ces rhétoriques fallacieuses construites sur ces ignorances ? L’infantilisation progressive du citoyen, suivie d’une perfusion régulière d’abrutissements en tout genre, signera la mort clinique de son esprit critique.

Ainsi toutes les obscénités sont permises. Jacques Attali, conseiller d’état, ne se gênera pas pour culpabiliser le petit peuple – qui lui produit des richesses ! -, d’avoir été trop gourmand, et de mériter alors la récession ! Le pouvoir du peuple ne s’exerce que pour essuyer les bévues programmées ! Manipulation bien perverse au regard de l’absence totale de participation aux décisions…

Consulter le peuple sans jamais lui avoir fourni les moyens de comprendre les véritables enjeux, ce n’est ni plus ni moins qu’un jeu truqué…

[Texte extrait du livre Démocratie radicale contre diktacratie]

source: diktacratie.com

Publicités