Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nous vivons dans une Europe Totalitaire… nous vivons dans une Europe totalitaire… Il est temps de se mobiliser…


 

vaccin

Le Conseil constitutionnel a jugé, vendredi 20 mars, que le caractère obligatoire de la vaccination, présent dans le code de la santé publique, n’est pas contraire à la Constitution de 1958. Les hauts magistrats justifient leur décision par la compétence du Parlement de « définir une politique de vaccination afin de protéger la santé individuelle et collective ».

Selon eux, le législateur « n’a pas porté atteinte à l’exigence constitutionnelle de protection de la santé telle qu’elle est garantie par le préambule de 1946 ». Ce dernier évoque le droit à la santé. Mais l’avocat de la famille Larère à l’origine de la question prioritaire de constitutionnalité, Me Emmanuel Ludot, plaide que le droit à la santé est aussi celui de ne pas se vacciner.

Marc et Samia Larère sont à l’origine de cette décision inattendue. Le couple a été convoqué devant le tribunal correctionnel d’Auxerre pour avoir refusé de faire vacciner leur fille aînée – aujourd’hui âgée de 3 ans – contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) et s’être ainsi soustraits à leurs « obligations légales », « compromettant la santé, la moralité ou l’éducation » de leur enfant. Les jeunes parents dénoncent le caractère toxique de certains adjuvants contenus dans les vaccins obligatoires.

 

Nous avions interviewé il y a peu de temps le professeur de biologie et écrivain Michel Georget, auteur de plusieurs ouvrages sur la vaccination (L’apport des vaccinations à la santé publique ; Vaccination, les vérités indésirables) concernant la vaccination de masse :

 

Lire la suite sur Le Monde »

via: Agence Info Libre

Publicités