Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

hollandeSABRE.jpg

 


Droits de l’Homme: la Suède met fin à sa coopération militaire avec Ryad

La Suède a décidé de ne pas renouveler son accord de coopération militaire signé avec l’Arabie saoudite en 2005, a annoncé mardi le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven.

« Il sera rompu », a déclaré M. Löfven à la radio publique SR depuis Kiev, en Ukraine, à propos de cet accord qui était controversé au sein du gouvernement de gauche en raison de la question des droits de l’Homme.

L’accord faisait de l’Arabie saoudite le troisième acheteur d’armement suédois en dehors des pays occidentaux. En 2014, Riyad en avait ainsi acheté pour 338 millions de couronnes (37 millions d’euros).

La coalition entre sociaux-démocrates et Verts débattait en interne depuis son accession au pouvoir en octobre de l’opportunité de renouveler cet accord arrivant à échéance en mai.

Les Verts militent traditionnellement contre la vente d’armes aux dictatures et considèrent que l’Arabie saoudite en est une. Quant aux sociaux-démocrates, même s’ils étaient seuls au pouvoir à l’époque où cet accord avait été paraphé, ils apparaissaient très divisés sur la question.

Cette décision a été rendue publique au lendemain d’un incident diplomatique entre les deux pays, l’Arabie saoudite ayant empêché la ministre des Affaires étrangères suédoise Margot Wallström de prononcer un discours prévu lors d’une réunion de la Ligue arabe au Caire.

La ministre, qui revendique une politique étrangère féministe, avait irrité Riyad en dénonçant les méthodes moyenâgeuses de la justice saoudienne contre le blogueur Raef Badaoui, flagellé pour insulte à l’islam.

Le Premier ministre M. Löfven, qui n’a pas donné de raison à la fin de cet accord, a cependant indiqué qu’elle avait été arrêtée depuis un certain temps et que les événements du Caire n’y avaient rien changé.

Alors qu’il souhaitait publiquement la poursuite de la coopération militaire, le ministre de la Défense, le social-démocrate Peter Hultqvist, a affirmé que la discussion avait débouché sur un consensus.

« Nous avons maintenant plusieurs partis au Parlement (…) qui ont réclamé qu’il [l’accord avec l’Arabie saoudite] soit rompu. (…) Nous n’avons pas eu non plus un quelconque désaccord là-dessus au sein du gouvernement », a-t-il déclaré au quotidien Expressen.

Il a ajouté que la Suède souhaitait maintenir de bonnes relations avec l’Arabie saoudite en développant la coopération civile.

La plupart des membres de l’opposition de centre-droit appelaient le gouvernement à prolonger l’accord militaire, soulignant le risque de miner la crédibilité de la Suède en tant que partenaire commercial.

L’un de ses plus fervents partisans, l’ancien ministre des Affaires étrangères conservateur Carl Bildt, a déploré les conséquences sur l’image de son pays.

« La fiabilité est importante pour un pays relativement petit comme la Suède (…) Beaucoup de ce que la Suède exporte comme technologie de pointe nécessite divers types d’engagements de long terme. Cela ne concerne pas uniquement le matériel de défense », a-t-il estimé sur son blog.

Minoritaire au Parlement, le gouvernement suédois a été sauvé en décembre par un accord de non-agression avec le centre-droit qui prévoyait une coopération entre les deux camps, entre autres sur les questions de défense, afin d’isoler l’extrême droite. Les termes exacts de ce que recouvrait cette coopération n’ont jamais été rendus publics.

source: romandie.com


L’Arabie saoudite, premier acheteur d’armes au monde (et premier client de la France)

Un soldat saoudien vérifie un avion de chasse F15 avant un exercice. L’Arabie saoudite est devenu...

JEFF PACHOUD/AFP – Un soldat saoudien vérifie un avion de chasse F15 avant un exercice. L’Arabie saoudite est devenue en 2014 le premier importateur mondial d’équipements militaires.

On se demande où vont toutes ces armes pour un si petit pays qui n’est jamais en guerre … du moins apparemment : si on considère que équiper le DAESH  n’est pas une guerre en soi, ça en est une par procuration . C’est aussi le premier client de la France : on ne se demandera pas  pourquoi une telle permissivité avec ce pays où on fouette et on lapide … Z .

Le royaume saoudien a devancé l’Inde l’an dernier dans les importations de commandes militaires. C’est aussi le premier client de la France.

L’Arabie saoudite est devenue en 2014 le premier importateur mondial d’équipements militaires, selon un rapport du cabinet britannique IHS Janes, publié dimanche 8 mars. Le royaume a acheté pour 6,4 milliards de dollars (5,9 milliards d’euros) d’armes l’an dernier, souligne l’étude, qui couvre 65 pays.

EN QUINZE ANS, L’ARABIE SAOUDITE A DOUBLÉ SES COMMANDES MILITAIRES

Deuxième en 2013, l’Arabie saoudite détrône ainsi l’Inde (5,1 milliards d’euros) comme plus grand acheteur d’armes et devient ainsi « le plus important marché des États-Unis », note IHS Janes.

En l’espace de quinze ans, les Saoudiens ont doublé leurs dépenses militaires. L’an dernier, leurs importations d’armes ont augmenté de 54 %. Elles devraient encore grimper de 52 % en 2015 pour atteindre 9,8 milliards de dollars (9,03 milliards d’euros), poursuit le rapport.

NOUVEAU RECORD MONDIAL POUR LES VENTES D’ARMEMENT

Le marché des ventes armes est en pleine croissance dans le monde. En 2014, elles « ont augmenté pour la sixième année consécutive », atteignant 59,4 milliards d’euros, contre 51,6 milliards en 2013, soit une augmentation de 13,4 %, estime IHS James.

Selon le cabinet britannique, « ce chiffre record a été alimenté par une demande sans précédent des économies émergentes pour des avions militaires et la hausse des tensions régionales au Moyen-Orient et (dans la zone) Asie Pacifique ».

Ce niveau record est atteint alors que le premier traité international sur le commerce des armes classiques est entré en vigueur décembre 2014 pour moraliser le commerce international des armes conventionnelles.

> À lire également : Que peut changer un traité sur le commerce des armes ?

LE MARCHÉ DU MOYEN-ORIENT

En 2015, un dollar sur sept dépensés pour l’achat d’armes devrait ainsi être déboursé par l’Arabie saoudite, note le rapport. Il rappelle que « le Moyen-Orient est le plus gros marché régional » pour les ventes d’armes, avec quelque 100 milliards d’euros d’importations potentielles au cours de la décennie à venir.

À eux seuls, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont importé 7,92 milliards d’euros d’équipements militaires en 2014, soit davantage que toute l’Europe de l’Ouest.

LES ÉTATS-UNIS, EN TÊTE DES VENTES D’ARMES

Du côté des exportations, le rapport note qu’avec des ventes atteignant 22 milliards d’euros, les États-Unis « fournissent un tiers de toutes les exportations mondiales et ont été le principal bénéficiaire de la croissance » de ce marché.

Loin derrière, on trouve la Russie, numéro deux du marché avec 10,8 milliards d’euros de ventes militaires, soit 9 % de plus qu’en 2013. La Russie fournit principalement la Chine.

Mais après des années de croissance, « les exportations d’armes russes font face à des difficultés » juge le cabinet IHS Janes qui prédit « une chute » des ventes en 2015, compte tenu notamment des sanctions imposées par les pays occidentaux dans le cadre du conflit ukrainien.

UNE MANNE POUR LA FRANCE

L’industrie française d’armement (la quatrième mondiale en termes d’exportations, juste derrière la Grande-Bretagne) profite largement de la demande saoudienne. Sur la période 2004-2013, l’Arabie saoudite demeure son premier client, devant l’Inde, le Brésil et les Émirats Arabes Unis, relève un rapport parlementaire publié en décembre 2014.

« Nos relations commerciales avec l’Arabie saoudite restent sans équivalent », souligne-t-il, estimant à 1,9 milliard d’euros le montant des achats d’armes françaises par les Saoudiens pour la seule année 2013.

L’Arabie saoudite ne se contente pas d’acheter des armes. Elle aide aussi ses alliés à en acquérir. Le royaume aurait ainsi soutenu financièrement l’Égypte dans l’achat de 24 avions Rafale au groupe Dassault, annoncé le 16 février, pour 5,2 milliards d’euros.

> À lire également : L’Égypte rompt la malédiction du Rafale

Aujourd’hui, près de la moitié des prises de commandes effectuées au profit de l’industrie française sont à destination de la zone Proche et Moyen-Orient.

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-Arabie-saoudite-premier-acheteur-d-armes-au-monde-2015-03-08-1288916

via: Résistance authentique

Advertisements