Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , ,

[BFMTV] Manipulation médiatique : des « cimetières chrétiens » aux « cimetières municipaux »

Le mot « Chrétiens » fait-il si peur aux médias ? Sur BFMTV les cimetières chrétiens sont subitement devenus des cimetières municipaux au cour de la journée.

De même, lors de la profanation du cimetière de Tracy-sur-Mer, l’immense majorité des journaux est restée muette sur la nature chrétienne du cimetière profané alors que ces mêmes journaux ont tous mis en avant la nature juive du cimetière profané à Sarre-Union.

Ce refus médiatique de toute identité chrétienne est trop fréquent pour n’être qu’une maladresse. Plus inquiétant encore, ce refus est aussi présent au sommet de l’État, ainsi ce communiqué de l’Élysée suite à l’exécution sanglante de 21 coptes égyptiens décapités par Daech en Libye dans lequel l’Élysée condamne la mort de « ressortissants égyptiens » sans évoquer leur confession chrétienne qui est pourtant bien la cause directe de leur mort. Mais les quelques médias qui ont relevé ce détail parlent pudiquement d’une « Bourde diplomatique de l’Élysée »

source: lerougeetlenoir.org

Pierre B., antifa et profanateur du cimetière juif de Sarre-Union

Selon le journal Le Monde, on trouve parmi les jeunes profanateurs du cimetière juif de Sarre-Union, Pierre B. qui avait pour ennemi déclaré « le fascisme ». Il portait des slogans antifascistes sur ses vêtements.

Un de ses condisciples témoigne :

« On ne parlait pas politique mais si on évoquait le Front national, il se mettait sur ses deux pattes arrière et se mettait à grogner. Il prétendait se battre contre le fascisme et était très remonté contre la police. Il traitait les policiers et les militaires de fascistes, avec une hargne qui me mettait mal à l’aise. »

source: le monde

Aude: nouvelle profanation dans un cimetière

Il s’agit du cinquième incident de ce type en une semaine.

Des croix ont été brisées et des plaques renversées sur douze tombes du cimetière de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude), la profanation s’inscrivant dans une série d’actes similaires commis cette semaine.Ces dégradations, perpétrées « dans la semaine », ont été constatées mercredi soir par « un habitant du village », a expliqué Xavier de Volontat, maire du village de moins de 800 habitants. Leurs auteurs n’avaient pas été retrouvés jeudi.

La profanation ne revêt « aucun caractère religieux ou raciste », a annoncé jeudi 19 février le procureur de Narbonne. « Il s’agit d’individus ayant bêtement voulu imiter les profanations dans l’Est de la France », a-t-il expliqué.Suite à la profanation du cimetière juif de Sarre-Union, cinq profanateurs présumés, des adolescents âgés de 15 à 17 ans, originaires de la région et sans antécédents judiciaires, ont été placés en garde à vue.

Quelques jours plus tard, le cimetière chrétien de Tracy-sur-Mer, dans le Calvados, était à son tour profané. Deux autres actes de vandalisme sont aussi à déplorer dans ou à proximité des cimetières des communes de Challans (Vendée) et Issoudun (Indre).

Publicités