Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Hé oui, c’est mon papier : La Guerre économique occident vs Russie va atteindre son paroxysme – La solution monétaire finale de la Russie, l’arme Atomique, la « tsar bomba » de POUTINE : le (pétro) rouble or !!!! ; dont l’idée est ici développée : bien sur que POUTINE dispose de cette arme atomique monétaire ! Un papier passionnant qu’on vous a traduit . Z. 

Le « cocktail parfait » d’instabilité politique, d’isolation diplomatique, de dévaluation monétaire et de déclin économique dont est victime la Russie a profondément endommagé la position internationale de Moscou, peut-être même sur le long terme. Ce sont pourtant ces mêmes conditions qui pourraient pousser le gouvernement du pays à prendre une décision radicale qui garantirait une fois pour toutes son statut sur la scène internationale : l’adoption d’un étalon or.

Bien qu’il puisse à première vue s’agir d’une idée tirée par les cheveux, de nombreux facteurs suggèrent que la monétisation de l’or pourrait être une décision évidente pour la Russie.

Premièrement, Moscou a pendant plusieurs années exprimé sa volonté d’échapper à la merci monétaire des Etats-Unis et de ses alliés de l’OTAN, et son opinion a été principalement exprimée par le conseiller économique de longue date du président Poutine, Sergei Glazyev. La Russie est prête à jouer un jeu stratégique avec l’Occident sur un point : le gouverneur de la banque centrale russe a pris la décision en novembre dernier de présenter aux médias internationaux des détails quant aux programmes d’achats d’or de sa banque.

Cette déclaration, qui s’oppose aux traditions plus taciturnes de l’institution, souligne le désarroi de Moscou devant l’hégémonie du dollar. Elle suggère une possible coordination avec le sommet de l’échelle gouvernementale en faveur de l’utilisation de l’or comme arme principale dans la guerre des monnaies.

Deuxièmement, malgré les pressions internationales, la Russie a été très méfiante des politiques de sell-off (‘vente) qui ont conduit le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, et l’Italie à se décharger de leur or au cours de la dernière décennie, au cours de tentatives infructueuses pour soutenir leurs économies respectives, en difficulté – en particulier, parmi les sell-off de l’époque (sell-off = ventes d’or), celle par le Premier ministre Gordon Brown, de 400 tonnes des réserves du pays a un prix incroyablement basla décision Surprise de Moscou au début du déclin rapide du rouble au début de Décembre 2014 de ne pas puiser dans les réserves d’or du pays, maintenant les sixième plus grandes du monde , souligne l’ambition de la position de la Russie sur la question de l’or. À la fin de Décembre, la Russie a ajouté un autre 20,73 tonnes, selon le FMI à la fin de Janvier, couronnant une frénésie d’achats de neuf mois.

Troisièmement, alors que l’économie russe est structurellement faible, les fondamentaux monétaires du pays sont solides, tellement que le timing d’une transition vers l’or, géopolitiquement et domestiquement , pourrait être idéal. La Russie n’est pas un pays débiteur. À ce jour en Janvier, la dette de la Russie par rapport au PIB est faible et la plupart de sa dette extérieure est privés. L’or physique compte pour 10 pour cent des réserves en devises de la Russie. Le déficit budgétaire, comme le suggère la projection de Novembre 2014 , est susceptible d’être d’environ 10 milliards de dollars, beaucoup moins de 1 pour cent du PIB. Le taux de pauvreté a chuté de 35 pour cent en 2001 à 10 pour cent en 2010, tandis qu’ il a été projeté en 2013 que la classe moyenne atteindra 86 pour cent de la population d’ici 2020 .

L’effondrement des prix du pétrole ne servent qu’à intensifier l’attrait de l’or monétaire. Étant donné que les exportations de pétrole, ainsi que le reste du secteur de l’énergie, représentent 45 pour cent du PIB , la dépréciation du rouble continue, les conditions fiscales nouvellement instables ont dévasté les banques, et provoqué une inflation plus élevée , qui devrait atteindre 10 pour cent d’ici la fin de 2015. Comme la Russie reste (pour l’avenir prévisible), principalement une économie basée sur les ressources, le passage à l’or, peut sans doute  faire du rouble la monnaie la plus forte, même si elle limite les possibilités (les disponibilités)  monétaires de la Russie.

En achetant autant d’or car c’est ce qu’il a fait , le pays  s’assure, en partie, qu’il aura assez d’argent en circulation dans le cas d’une telle transformation fondamentale. En termes de rétablissement de son prestige international suite à un choc post-pétrolier , un mouvement vers l’or permettra au pays d’être considéré comme un partenaire commercial plus fiable et digne de confiance.

Les répercussions de la Russie passant à un étalon-or seraient immenses. Surtout, cela signifierait le premier schisme majeur dans l’ordre monétaire du monde. La Chine emboîterait très probablement le pas. Cela pourrait signifier la menace d’une forte inflation aux Etats-Unis alors que des bateaux de dollars indésirables seraient sur le chemin du retour à travers l’Atlantique – ultime cauchemar de la Fed. Surtout, le pays évitera les effets de levier extrêmes de la dette, ce  qui ne serait pas arrivé si les capitales occidentales étaient restées sur l’or.

« Un étalon-or serait politiquement attrayant, transformant le rouble une monnaie formidable réduisant significativement les sorties de capitaux «  écrit le Dr Enrico Colombatto, professeur d’économie à l’Université de Turin, Italie.

Il note que le seul inconvénient majeur serait que la discipline imposée par un étalon-or priverait les autorités du pouvoir politique discrétionnaire. L’autre menace serait celle d’une nouvelle génération de banquiers centraux russes susceptible de devienir trop fortement influencés par la mentalité monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Fed.

Comme Alisdair MacLeod l’a récemment écrit , la Russie (et la Chine) « auront tous les atouts en main » en se tenant éloignés de toute guerre des monnaies possible à l’avenir et en se tournant vers le marché de l’or physique . Dans son article, il ajoute qu’il y a actuellement un faible appétit pour l’or physique sur les marchés financiers occidentaux et que les détenteurs étrangers à long terme de roubles les échangeraient peu probablement contre de l’or, préférant les vendre contre d’autres monnaies fiduciaires.

M. Macleod cite John Butler, CIO chez Atom Capital à Londres, qui voit un grand potentiel dans une norme de change-or (gold-exchange standard) pour la Russie. Avec la mise en place d’un taux de change-or , soutient-il, la Banque centrale de Russie ne serait plus limitée à l’achat et à la vente d’or pour maintenir le taux de change. La banque pourrait gérer librement la liquidité du rouble et être en mesure d’émettre des obligations au porteur au public russe, ce qui lui permettrait un rendement lié aux taux sur l’or. Comme le rouble se stabiliserait, le taux de coût de la vie chuterait , et l’épargne grandirait , sous l’impulsion de la stabilité à long terme et d’une baisse des impôts.

Le marché de Change serait également favorable, maintient M. Butler . En raison de la crise en Ukraine et de la crise des matières premières , les roubles ont été sous-évaluées au bénéfice des devises comme le dollar / euro. Dès l’annonce d’un change-or (gold-exchange standard), la demande pour le rouble augmenterait. et les Marchés de Londres et de New York seraient à leur tour être contrés par des dispositions restreignant les échanges d’or en rouble dans les importations et exportations .

La géopolitique de l’or figure également dans les relations de plus en plus proches de la Russie avec la Chine, un pays qui a également fait clairement savoir sa préférence pour l’or par rapport au dollar. (La Russie a récemment devancé la Chine en tant que top acheteur mondial du métal.) À la suite du deal sur 30 ans  de 400 milliards $ signé entre le géant gazier russe Gazprom et la China National Petroleum Company en Novembre 2014, la Chine a porté son attention sur l’ internationalisation de son propre marché de l’or. Le 15 Janvier 2015, le Shanghai Gold Exchange, la plus grande bourse d’échange d’or physique dans le monde entier, et le Conseil mondial de l’or, ont conclu un accord de coopération stratégique pour développer le marché de l’or chinois à travers la nouvelle zone de libre-échange de Shanghai.

Ce n’est pas la première fois que l’étalon-or a été considéré comme le remède ultime pour les problèmes économiques de la Russie. En Septembre 1998, l’éminent économiste Jude Wanninski prédit dans un essai clairvoyant pour Le Wall Street Journal que seul un rouble or permettrait le sortir le pays de ses crises de la dette d’alors . C’était lors sa prise de fonction deux ans plus tard, en mai 2000, que le président Poutine a entrepris une vaste campagne d’achat d’or du pays. À l’époque, il fallait vingt-huit barils de brut juste pour acheter une once d’or. La politique du rouble soutenu par l’or de ces années là avait été adoptée avec succès pour payer la dette extérieure du pays.

Comme une position pro-or est essentiellement une position anti-dollar, la spéculation sur la façon dont les Etats-Unis réagiraient soulève la question de savoir si une guerre monétaire tous azimuts suivrait. L’Occident tenterait de garder la Russie régionalement et militairement marginalisée, pour ne pas dire de la maintenir dans les bras de la Fed, de la BCE et de la Banque d’Angleterre (BOE).

Non cette perspective n’ est pas trop exagéré. Comme l’écrivain néerlandais Willem Middelkoop a écrit dans son livre de 2014 The Big Reset : la guerre sur l’or et la fin du jeu financier ,

Une réinitialisation du système est imminente. Même avant 2020 le système financier du monde aura besoin de trouver un ancrage différent. … Dans une tentative désespérée de maintenir le système du dollar, les Etats-Unis ont mené une guerre secrète sur l’or depuis les années 1960. La Chine et la Russie ont percé l’écran de fumée américain autour de l’or et du dollar et ne sont plus disposés à continuer à prêter aux États-Unis. Les deux pays ont accumulé d’énormes quantités d’or, se positionnant pour la prochaine phase du système financier mondial.

source: http://mises.org/library/russia-planning-gold-based-currency

traduction: resistanceauthentique

 

Publicités