Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Qu’est-ce qu’une théorie du complot ?

Obama veut la guerre chaude. La civilisation occidentale est menacée par l’ État islamique. La guerre mondiale contre le terrorisme est glorifiée comme une mesure humanitaire. Nous avons une responsabilité en matière de protection.

La solution: la guerre humanitaire.

Les méchants sont à l’affût. Éliminez-les, a décrété George W. Bush. Les médias occidentaux battent le tambour de la guerre. L’agenda de guerre d’Obama est soutenu par un gigantesque appareil de propagande.

L’un des objectifs principaux de la propagande de guerre est de fabriquer un ennemi. Comme la légitimité de l’administration Obama vacille, il faut dissiper les doutes sur l’existence de cet ennemi extérieur, notamment al-Qaida et son réseau de filiales (soutenues par la CIA).

Le but est, au moyen d’articles répétés ad nauseam dans les médias, d’instiller dans l’esprit des gens que les musulmans constituent une menace pour la sécurité du monde occidental. La guerre humanitaire est conduite sur plusieurs fronts : la Russie, la Chine et le Proche-Orient sont actuellement les objectifs principaux.

La xénophobie et l’agenda militaire

La vague de xénophobie antimusulmane qui a balayé l’Europe est liée à la géopolitique. Elle fait partie de l’agenda militaire. Elle consiste à diaboliser l’ennemi.

Les pays musulmans détiennent plus des 60% de toutes les réserves pétrolières. En revanche, les Etats-Unis en ont à peine 2%. L’Irak possède cinq fois plus de pétrole que les Etats-Unis (voir Michel Michel Chossudovsky La diabolisation des musulmans et la bataille pour le pétrole, Global Research, 4 janvier 2007).

Une grande partie des réserves pétrolières mondiales se trouve dans les pays musulmans. Le but de la guerre conduite par les Etats-Unis est de voler ces réserves de pétrole et de se les approprier. Pour atteindre cet objectif, ces pays sont attaqués: par la guerre, les opérations secrètes, la déstabilisation économique, le changement de régime politique.

L’inquisition américaine

La formation du consensus autour de la guerre est similaire à l’Inquisition espagnole. Elle nécessite l’assujettissement social et le consensus politique ne doit pas être remis en question. Dans sa version actuelle, l’Inquisition appelle et exige la soumission, au nom du principe selon lequel la guerre est un moyen de diffuser les valeurs occidentales et la démocratie.

C’est la dichotomie entre le Bien et le Mal. Nous devons poursuivre les mauvais garçons.

La guerre c’est la paix.

Le grand mensonge est devenu aujourd’hui la vérité… et la vérité est devenue théorie du complot.

Ceux qui s’en tiennent à la vérité sont classés comme terroristes. Selon Paul Craig Roberts (2011), le concept de Théorie du complot a été redéfini d’une manière orwellienne.

Une théorie du complot ne signifie plus qu’un événement est expliqué par une conspiration mais elle concerne maintenant toute explication, ou même un fait, qui ne concorde pas avec l’explication du gouvernement ou celle des proxénètes des médias…

En d’autres termes, la vérité met le gouvernement et son ministère de la Propagande mal à l’aise; la vérité est redéfinie comme théorie conspiratrice, c’est à dire une explication absurde et ridicule, que nous devrions ignorer.

un conte de fée à la place des faits

Le journalisme d’investigation a été mis au rancart. Les analyses, basées sur des faits, des questions sociales, politiques et économiques sont des théories du complot parce qu’elles défient le consensus fondé sur des mensonges.

Qu’est-ce-que la vérité?

La véritable menace à la sécurité mondiale provient de l’alliance Amérique-OTAN-Israël, mais les réalités ont été mises cul par dessus tête dans l’environnement de l’inquisition: les fauteurs de guerre sont attachés à la paix, les victimes des guerres sont présentées comme les protagonistes de la guerre.

La patrie est menacée

Les médias, les intellectuels, les scientifiques et les politiciens obscurcissent en chœur la vérité tacite, notamment que la guerre menée par l’alliance US-OTAN-Israël détruit l’humanité.

Lorsque le mensonge devient la vérité, il n’y a PLUS de retour en arrière Possible.

Lorsque la guerre est présentée comme un effort humanitaire, que la justice et tout le système du droit international est mis la tête en bas, que le pacifisme et le mouvement antiguerre sont criminalisés, être opposé à la guerre devient un acte criminel. Entre-temps, les criminels de guerre les plus hauts placés ont ordonné une chasse aux sorcières contre ceux qui contestent leur autorité.

Le Grand Mensonge doit être démasqué pour ce qu’il est et ce qu’il produit.
Il sanctionne la mise à mort arbitraire d’hommes, de femmes et d’enfants. Il détruit des familles et des êtres humains. Il détruit le devoir des humains envers leurs semblables.

Il détourne les humains d’exprimer leur solidarité pour ceux qui souffrent. Il fait de la guerre et et de l’état policier la seule voie à suivre.

Il détruit aussi bien le nationalisme que l’internationalisme. Briser le mensonge signifie détruire un projet criminel de destruction, dans lequel la recherche du profit est le moteur dominant.

Cet agenda militaire guidé par la recherche du profit détruit les valeurs humaines et transforme les êtres humains en zombies inconscients.

Inversons le flux.

Défiez les criminels de guerre des hautes sphères du pouvoir et les puissants lobbies qui les soutiennent. Détruisez l’inquisition américaine.

Sapez la croisade militaire de l’alliance US-OTAN-Israël. Fermez les usines d’armement et les bases militaires.

Ramenez les troupes à la maison.

Les membres des forces armées doivent désobéir aux ordres et refuser de participer à une guerre criminelle

Prof. Michel Chossudovsky

Traduit de l’allemand par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

Source : le Saker Francophone

 

 Chercheurs de vérité contre chasseurs de conspirationnistes : la guerre est déclarée

Bientôt une association « SOS Complotisme » et le badge « Touche pas à ma version officielle »? Depuis l’attentat de Charlie Hebdo, une mouvance politico-médiatique, alignée sur le tandem Hollande-Valls, a intensifié sa traque des citoyens doutant de la parole d’État.

D’abord, ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, ensuite ils vous combattent et enfin, vous gagnez.

Mohandas Karamchand Gandhi

Pas de quartier.

Au lendemain des évènements du 11 septembre 2001, une conflit de basse intensité traversait la société française : d’un côté, des citoyens connectés à Internet et férus d’informations passées sous silence par la presse traditionnelle de l’Hexagone; de l’autre, une poignée de personnalités (intellectuels, journalistes, militants politiques) agacées par cette lame de fond et rassemblées autour de la conceptualisation d’un terme creux qui rentrera finalement dans le Larousse en 2014 : « conspirationniste ».

Se dit de quelqu’un qui se persuade et veut persuader autrui que les détenteurs du pouvoir (politique ou autre) pratiquent la conspiration du silence pour cacher des vérités ou contrôler les consciences.

Le premier à avoir tenté d’importer une telle expresssion (conspiracy theorist) apparue aux États-Unis (dans les années qui ont suivi l’assassinat de Kennedy) fut le journaliste indépendant Guillaume Dasquié, détracteur en chef de Thierry Meyssan.

Son argument : ceux qui doutent de la version officielle du 11-Septembre, à l’instar de Meyssan, sont fondamentalement stupides et incultes, voire crypto-antisémites.

On apprendra, par la suite, que Dasquié était, comme plusieurs détenteurs de la carte de presse (Roger Auque en est le dernier exemple), un collaborateur occulte des services secrets français.

Dix ans plus tard, Le Monde s’inquiétera, à son tour, de la montée de ce phénomène -le rejet de plus en plus croissant de la narration politico-médiatique des faits majeurs d’actualité- en relayant les conclusions d’une étude réalisée par un think-tank britannique et financée par le milliardaire américain George Soros.

tc

Extraits croustillants du papier :

Pour la moitié des Français, « ce n’est pas le gouvernement qui gouverne » car « on ne sait pas en réalité qui tire les ficelles ». Vieilles histoires que celles des théories des complots en tout genre qui fleurissent, puis vont et viennent au gré et de l’actualité et des moyens de communication.

Toute tendance politique confondue, les trois quarts des sondés estiment que c’est la finance internationale qui dirige le monde. Un monde qui serait également aux mains des médias– un énoncé auquel adhérent près de 45 % des sondés – et de pays étrangers en mal de domination – pour 44 % d’entre eux. Viennent ensuite la conspiration ourdie par des « groupes secrets tels que les francs-maçons » (27 % d’approbation) et « certains groupes religieux » (20 %).

Le journal de référence passe sous silence que cet organisme anglais -dénommé Counterpoint– n’est pas exactement un laboratoire indépendant de recherche universitaire. Sa directrice, Catherine Fieschi, est administratrice au sein d’un influent lobby ultra-sioniste de Grande-Bretagne  : The Institute for Jewish Policy Research.

C’est d’ailleurs la caractéristique principale de la nébuleuse anti-complotiste : son engagement pro-israélien. Illustration (billet publié le 23 septembre par Panamza) :

SIONISME ET « ANTI-CONSPIRATIONNISME » : LES 2 FACES DE LA MÊME MÉDAILLE.

ILLUSTRATION DU JOUR AVEC RUDY REICHSTADT.

Disciple de l’ultra-sioniste Pierre-André Taguieff {http://panamza.com/xq} et proche de l’islamophobe Caroline Fourest {http://panamza.com/9700}, Rudy Reichstadt {http://panamza.com/xr}, animateur de Conspiracy Watch (un site dédié à la diabolisation de toute personne ou institution remettant en cause les versions officielles issues du champ atlanto-sioniste), a participé, le weekend dernier, aux Universités d’automne de l’Union des étudiants juifs de France {http://panamza.com/aju}.

Dans la lignée de son confrère Patrick Klugman {http://panamza.com/4214}, l’avocat Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF, est un militant communautariste et sioniste qui se réjouit de l’accroissement de l’immigration juive en Israël comme ce fut encore le cas lors d’une récente interview réalisée par un complaisant Eric Brunet de RMC {http://panamza.com/ajt}.

Rappel : Rudy Reichstadt, fonctionnaire de la Ville de Paris, est également membre de l’Observatoire des radicalités politiques (ORAP) de la Fondation Jean-Jaurès {http://panamza.com/xy}. Ce think-tank, dirigé par Gilles Finchelstein (un ex-conseiller de DSK, Fouks et Cahuzac), est essentiellement subventionné par l’État {http://panamza.com/xv}. L’ORAP est piloté par le chercheur Jean-Yves Camus, un intervenant régulier du CRIF {http://panamza.com/xw} qui a présenté -lors d’une réunion organisée par un centre communautaire juif- le monde arabo-musulman comme une aire culturelle globalement « antisémite », « complotiste » et « négationniste »{http://panamza.com/xx}.

Le monde est petit : Jean-Yves Camus est également un chroniqueur de Charlie Hebdo (l’homme au pull vert dans l’image ci-dessous, venu sur la scène de l’attentat).

Son papier était d’ailleurs le premier article à découvrir (en page 4) dans le journal paru après l’attentat. Son titre? « Les charognards du complot ». L’objet de sa diatribe :  la diabolisation des citoyens préoccupés par les zones d’ombre de l’attentat et tous rassemblés sous le vocable délicat de « négationnistes » de « la gauche radicale, de l’ultradroite antisémite et de la sous-culture islamogauchiste ».

Mieux encore : Camus veut faire pénaliser financièrement quiconque doutera publiquement (via les réseaux sociaux) de tel ou tel récit délivré par les autorités et docilement relayé sans sourciller par les médias de masse. Extrait d’un article de Libération (journal racheté par le militant « sioniste » autoproclamé Patrick Drahi) :

camus

Autre exemple emblématique d’un Torquemada de l’anti-complotisme qui recouvre, plus profondément, la traque du moindre opposant déclaré au régime d’apartheid de Tel Aviv : Frédéric Haziza.

Exposé, à maintes reprises, par Panamza pour ce qu’il est -un chien de garde du sionisme-, le journaliste salarié par le service public n’a pas hesité à demander -dimanche, sur Radio J– au patron du Parti socialiste (Jean-Christophe Cambadélis, ex-intermédiaire d’ELNET, un lobby israélo-américain également proche d’Haziza) de « mettre fin » à plusieurs sites « islamistes » -dont celui fondé par l’auteur de ces lignes. Extrait audible à 1’15 :

 

Évidemment, tous les chasseurs de complotistes ne sont pas nécessairement, à l’instar de Camus et Haziza, des amis zélés du Crif ou des chantres sincères d’Israël.

 

Le complotisme est LE fléau de nos démocraties européennes.

Caroline Fourest, Journée du Livre Politique, 08.02.14

Les autres acteurs de cette mouvance -tacitement adoubée par François Hollande (notamment lors de son dernier discours au mémorial de la Shoah) et soutenue par le gouvernement Valls– se caractérisent davantage par leur serviabilité envers l’idéologie atlanto-sioniste promulguée par l’appareil d’Etat.

article complet et source: panamza.com

Publicités