Mots-clefs

, , , , , , , , ,


On a vu précédemment qu’à l’instar d’autres attentats, le massacre de Charlie Hebdo semblait obéir à une logique numérologique d’inspiration occulte construite autour du chiffre 7.

En guise de rappel, le jour de l’attentat était le 7 Janvier, l’addition numérique de la date donnait également 7 (7+1+2+1+5 =16 et 1+6 =7), le numéro qui est paru ce jour là avait pour numéro 1177 (=7) et pour finir le numéro des survivants a été édité à 7 millions d’exemplaires.

C’est le genre de coïncidences qui auraient pu prêter à sourire, le problème c’est qu’il y a tout juste 1 an, la patronne du FMI, Christine Lagarde a fait une étrange allocation consacrée à la magie du chiffre 7 et preuves à l’appui elle démontrait que les grands événements historiques étaient agencés selon un agenda numérologique occulte et ensuite on a vu que 7 mois plus tard, l’actualité semblait lui donner raison avec le massacre de Gaza et le false flag du Boeing abattu au dessus de l’Ukraine.

Le cas du massacre de Charlie Hebdo n’a pas fini de nous surprendre car voici une nouvelle coïncidence qui risque de faire couler beaucoup d’encre.

La rédaction de Charlie Hebdo avait pour siège le 10 Rue Nicolas Appert à Paris, mais le jour du massacre, les frères Kouachi se présentent vers 11h20, vêtus de noir, cagoulés et armés chacun d’une kalachnikov au numéro 6 de la rue Nicolas Appert (XIe arrondissement de Paris), où se trouvent les archives de Charlie Hebdo. Ils hurlent « C’est ici Charlie Hebdo ? »

Se rendant compte qu’ils sont à la mauvaise adresse, ils se dirigent alors au numéro 10 de la rue, où se trouve le siège de l’hebdomadaire, prennent en otage la dessinatrice Corinne Rey dite « Coco » et l’obligent à taper le code d’entrée de la porte ce qui leur permettra de réaliser leur massacre.

Quelques heures plus tard, on retrouve la trace des frères Kouachi à 130 km de là, au restaurant Quick de Laon où ils déjeunent tranquilement. Or, ce Quick est situé lui aussi comme par hasard au 6 rue Nicolas Appert !

Combien y avait il de chances que les terroristes aillent manger dans une rue portant le même nom que celle où était situé le siège de Charlie Hebdo ?

Le site Panamza a calculé que sur 36 700 communes en France, seulement 73 (soit 0,2%) comportent une rue dédiée à Nicolas Appert, l’inventeur de la conservation alimentaire hermétique.

https://www.facebook.com/panhamza/

À ce stade, 3 possibilités s’offrent à nous. Soit il s’agit d’une pure coïncidence et l’affaire s’arréte là. Soit, il s’agit ce que l’on appelle une synchronicité, un hasard chargé de sens. Certains considèrent qu’il s’agit là d’une des clés de la Destinée voire d’un méthode que posséde un certain aspect de la réalité pour communiquer avec nous.


Les anciens grécs étaient famliers avec ce principe, on peut citer Platon, Pythagore et sa «sympathie de toutes les choses» Plotin et Héraclite. Chez les anciens chinois, la synchronicité était une  « influence écho », les choses ayant des échos entre elles.

La synchronicité a également été exploitée par Leibniz avec sa théorie des monades et Shopenhauer. Plus récemment, Jung ( à travers la notion d’inconscient collectif et d’archétypes), Bachelard (intuition de l’instant), l’ont remise au gout du jour.

Jung la définit comme étant « une coïncidence temporelle sans lien causal entre un état psychique donné et un ou plusieurs événements extérieurs objectifs offrant un parallélisme de sens avec cet état subjectif du moment, l’inverse pouvant aussi se produire ».

Troisième possibilité, il pourrait s’agir plus prosaïquement d’un code à l’attention d’initiés. On sait que la Kabbale illuministe prend un malin plaisir à semer des signes occultes dans la majorité des films, clips et chansons. Il s’agit pour eux de créer un second sens jubilatoire à la narration officielle.

De ce point de vue, la cavale des frères Kouachi entre le massacre de Charlie Hebdo jusqu’à l’imprimerie où ils trouverons la mort doit alors être interprétée comme un jeu de piste facétieux dont le but réel est de signifier aux initiés qu’ils sont les maîtres absolu du jeu et qu’ils en maitrisent parfaitement tous les rouages.

Si tel est le cas, il ne nous reste plus qu’à aller au delà du story telling des médias et à tenter de décrypter le message qui a été transmis.

source: les chroniques de rorschach

Publicités