Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

vaccins

La Cour de cassation a transmis au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par des parents auxerrois refusant de vacciner leur fille, lors de leur procès en correctionnelle, en octobre dernier.

Conflit entre le droit à la santé et le refus de vacciner

« C’est une première en France et une première victoire ! », se réjouit Me Emmanuel Ludot, l’avocat de cette famille de l’Yonne, qui nous a appris cette décision. Le Conseil constitutionnel devra trancher entre deux grands principes juridiques : le droit à la santé, contenu dans le préambule de la Constitution française, et le refus ou l’entrave à la vaccination qui sont passibles de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, selon le code pénal. La plus haute instance juridictionnelle française dispose d’un délai de trois mois pour juger cette question prioritaire de constitutionnalité.

 

L’argumentaire des parents

Marc et Samia Larère, un couple vivant dans l’Yonne, comparaissaient devant le tribunal correctionnel d’Auxerre en octobre dernier pour avoir refusé de vacciner leur fille aînée de trois ans contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). Les parents avaient fait l’objet d’un premier signalement par un pédiatre à la Protection maternelle et infantile et d’un deuxième auprès du parquet par les service sociaux. Le deuxième enfant du couple, un nourrisson d’une quinzaine de mois, n’est pas vacciné non plus.

Les parents argumentent leur démarche par le fait que les seuls vaccins aujourd’hui disponibles combinent le DTP à d’autres comme la coqueluche, l’hépatite B ou la méningite, qui eux, ne sont pas obligatoires. Ils affirment avoir reçu du laboratoire Sanofi Pasteur deux vaccins ne ciblant que la DTPolio, mais qui contiennent des adjuvants « toxiques » selon eux.

Lire la suite de l’article sur france3-regions.francetvinfo.fr

via: E&R

VOTEZ POUR VOTRE SITE  >>>>>>>  SVP  >>>>>>>>>>> PAR ICI

 

Publicités