Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Comme je m’y attendais, on doit s’attendre à voir fleurir ce type d’article nauséabond de journalistes qui prétendent dire au public ce qu’il convient de penser de ce sujet. Chacun appréciera à sa juste valeur cette diatribe dépeignant le complotisme comme une idéologie extrémiste pathologique, antichambre de la tyrannie…rien que ça.


 Heureusement que des journaux philanthropiques tels que Libération servent de dernier rempart contre ces vilains conspirationnistes. Tremblez Français, hmm hmm. A noter que, pour Laurent Joffrin, les complots existent bien mais il reste très vague et cite des faits qui datent d’au moins 30 ans, voir pour certains, plusieurs siècles. Des complots actuels? Ne comptons pas sur eux pour en parler. Ils n’en parlent pas, donc ça n’existe pas. Circulez, il y a rien à voir. Par contre, vous pouvez compter sur eux pour inventer des romans sur l’Ukraine ou sur la Syrie, ils sont forts pour ça. Fawkes

On peut y voir un réflexe de défense. Non, des musulmans n’ont pas pu commettre un crime aussi atroce ! Une force obscure, hostile, pernicieuse a organisé cette tragédie pour nuire aux musulmans de France. Voyez cette carte d’identité oubliée, ces images suspectes, ces incohérences dans le récit. Tout ça ne tient pas debout. Il y a une histoire derrière l’histoire. Un groupe, un service, un Etat, une volonté cachée égare le public, le trompe et le manipule… On entend cela un peu partout, dans certaines banlieues notamment. Pieuse fantasmagorie destinée à protéger une minorité menacée de représailles ? Pas seulement. Il y a plus grave. Le complotisme, qui consiste à attribuer tel ou tel crime à des puissances secrètes, n’est pas seulement un dérapage de la raison, un biais de l’esprit. C’est aussi une idéologie. Et cette idéologie, au bout du compte, tend à miner les bases mêmes de nos sociétés démocratiques.
Autant le dire : nous sommes tous, peu ou prou, accessibles au complotisme. D’abord parce qu’il est plus romanesque. Nourris de fictions, nous avons toujours la tentation d’écarter les explications trop simples, de suspecter dans l’événement qu’on nous présente une machination secrète, bien plus excitante que le simple enchaînement des causes et des effets apparents…

Ensuite parce qu’il existe de vrais complots. Ravaillac qui tua Henri IV était probablement membre d’un réseau, tout comme les auteurs de l’attentat de rue Saint-Nicaise contre Bonaparte. Dreyfus ne fut pas victime d’une erreur judiciaire mais d’une action secrète et concertée de l’état-major, qui a produit de fausses preuves à son procès. La a renversé Mossadegh, Diem ou Allende.
Enfin, dans beaucoup d’affaires, les autorités commettent des erreurs, cachent des éléments, mentent sur des points secondaires, alimentant la suspicion même quand il n’y a rien à soupçonner. L’attentat du 11 Septembre n’a débouché sur aucun procès, ce qui a laissé dans l’ombre des pans entiers de la vérité. Le complotisme, évidemment, s’engouffre dans ces brèches, même si elles ne mènent à rien.
 Cette méfiance, souvent, dégénère. Contre toute raison, contre toutes les preuves, contre toute logique, des groupes plus ou moins étendus affirment avec véhémence une version alternative des grands événements : non, Oswald n’était pas le seul tireur à Dallas, la mafia, la CIA, les Cubains ou la conjonction des trois a organisé l’assassinat de Kennedy. Non, la Nasa n’est pas allée sur la Lune, c’est une mise en scène.
Non, le 11 Septembre n’est pas le fait d’Al-Qaeda mais d’un service secret, ou même du gouvernement américain lui-même… On a beau produire des preuves, convoquer des dizaines de témoins, réfuter sans appel les affirmations des complotistes, rien n’y fait. Ces thèses pathologiques reposent sur un triple sophisme : ce qui est établi est d’abord désigné sous le terme dépréciatif de «version officielle», même quand les sources sont multiples. On écarte ainsi les faits les plus tangibles. On se concentre ensuite sur les détails qui clochent, les «zones d’ombre». Enfin, on suggère une explication alternative, qui met en jeu des acteurs cachés, qu’on se garde bien de désigner avec précision.
Les tours du World Trade Center n’ont pas pu s’effondrer toutes seules (si, deux avions les ont percutées). C’est un missile qui a frappé le Pentagone le 11 septembre 2001 (non, c’est le quatrième avion). Et comme les complotistes, à la manière des négationnistes, sont intarissables sur les détails, les esprits faibles s’y laissent prendre, oubliant les faits évidents. Ces faux arguments inlassablement ressassés ont un seul objet : démontrer que nos démocraties sont manipulées par des forces obscures qui en pervertissent le fonctionnement, le Mossad, la CIA, les francs-maçons, les juifs, les Illuminati, le groupe de Bilderberg, le grand capital, les sociétés transnationales, etc. C’est la béquille intellectuelle des extrémistes : si les démocraties sont manipulées, autant instaurer une dictature (communiste, fasciste, islamiste…) qui terrassera les pouvoirs occultes et changera enfin la société. Le complotisme est l’antichambre de la tyrannie.
Source: Liberation
Publicités