Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Donetsk, Quartier de Kiev, les habitants ont quitté la maison 30 minutes avant le bombardement

Donbass : échec et recul de l’armée ukrainienne

Depuis le 15 janvier, l’armée ukrainienne est à nouveau passée à l’attaque. Hier, dimanche, fut décisif. Malgré l’artillerie lourde, l’aviation, l’attaque des quartiers d’habitation, les combattants gagnent du terrain, les populations se retournent contre Kiev. De fait, plusieurs dizaines de morts et de blessés plus tard, le pouvoir ukrainien en rappelle au processus de paix, agitant un drapeau blanc sans vouloir le dire. L’offensive a échoué, il faut retourner sur le terrain diplomatique. Certains diront les oreilles basses et la queue entre les jambes.

Les attaques menées par l’armée ukrainienne depuis le 15 janvier ont permis aux combattants de reprendre du terrain. L’armée est sortie de l’aéroport de Donetsk et y a laissé des munitions et des armes, qui proviennent de pays de l’OTAN et ne sont normalement pas en la possession des forces armées ukrainiennes. Donc, soit des étrangers aident les militaires ukrainiens, soit l’OTAN leur fourni des armes. L’un n’excluant absolument pas l’autre. La tentative de contournement de l’aéroport par une attaque de tanks a été repoussée par les combattants.

Autres points d’avancée des combattants, cette fois-ci sur Peski, qui est un point stratégique. Le combat fait également rage pour Avdeevka et Krasnogorovka. Les positions sont posées autour de Mariupole, mais la prise de la ville n’a pas été lancée.

Pour autant, l’armée ukrainienne ne reste pas sans trophées Plusieurs dizaines de civils furent tués et blessés suite au bombardement aveugle des zones d’habitation. Cela concerne essentiellement Donetsk et Gorlovka.

Donetsk a subit les plus importantes pertes civiles depuis le mois d’août. Pour l’instant, il est impossible de donner des chiffres précis. Cette vidéo vous en donnera une idée.

Donetsk, quartier de la gare

Donetsk, quartier de la gare

Donetsk, quartier de Kiev

Donetsk, école N° 68

Et encore une vidéo sur différents quartiers et rues de Donetsk :

En plus de Donetsk, la ville de Gorlovka a eu également la très mauvaise surprise de voir s’ajouter à l’artillerie lourde le retour de l’aviation ukrainienne. Des bombardiers SU 24 avaient été vus survolant la ville. Finalement, une bombe de 500 kg y a été lâchée, comme l’affirme le chef de la République de Donetsk, Zakhartchenko.

Voici un reportage sur la situation dans la ville après l’attaque massive : les gens se demandent unanimement pourquoi l’armée ukrainienne les bombarde.

Selon les autorités locales, les corps sont en pleine rue, les services d’urgence n’arrivent pas à suivre en raison de la quantité d’appels. Des quartiers sont sans électricité, sans gaz.

Hier aussi, la ville de Donetsk a eu des coupures d’électricité suite aux bombardements intensifs. Juste une petite précision. Imaginez vous en hiver, dans des régions où l’hiver justement est rude, sans électricité, sans gaz, sans toit sur la tête. Une armée qui provoque ce type de conséquences parmi la population civile veut la tuer. On ne survit pas en hiver dans ces conditions. C’est un acte de guerre gratuit contre les civils, c’est un crime.

La réaction du pouvoir ukrainien est intéressante. Si l’on quitte le terrain militaire pour revenir un instant sur le plan politique. Inquiet de l’intensification de la violation du cessez-le-feu par l’Ukraine, le Président russe V. Poutine envoie une lettre à son homologue ukrainien l’enjoignant à revenir aux accords de Minsk. Rappelons rapidement, que les ukrainiens ont fait capoter les dernières tentatives de réunion des groupes de discussion pour le plan de paix.

Voici la lettre :

Au lieu de provoquer un engouement pour le retour à la paix, l’Ukraine a lancé toutes ses forces dans le combat. Il faut dire que la lettre du Président russe l’a mise dans une situation délicate.

D’une part, l’Ukraine ne peut conclure une paix qui ressemblerait à une capitulation, car elle perdrait immédiatement le Donbass, ce qui est inacceptable pour le pouvoir en place et ses sponsors. Le Donbass n’est pas important en tant que tel, il est un symbole de ce qui doit être détruit : la culture russe, le monde russe. Et « ukraïnisé », évidemment. Par ailleurs, le Donbass est un levier qui doit faire entrer la Russie en guerre contre l’Ukraine ou donner une raison à l’Ukraine de provoquer la Russie. Or la Russie ne veut manifestement pas envahir l’Ukraine, ça en devient désespérant pour Poroshenko. Il risque sa place dans ce petit jeu, voire plus.

D’autre part, l’Ukraine ne peut officiellement vouloir la guerre, elle doit donc soutenir la résolution politique du conflit. Ce qu’elle fait lorsque ses tentatives militaires de résolution échouent, les unes après les autres. Celle-ci vient d’échouer. Le ministère des affaires étrangères ukrainien en appelle donc à nouveau aux négociations diplomatiques et surtout à un cessez-le-feu à parti de lundi, aujourd’hui. Il est vrai qu’ils perdent beaucoup de terrain.

Quelle conclusion en tirer ? Pour l’instant, une évidente : l’Ukraine est dans une impasse, car elle n’a pas la capacité de résoudre la situation dans le Donbass sur le plan militaire, elle ne peut gagner, et elle n’est pas en position de négocier une capitulation politico-diplomatique, car ses sponsors n’ont pas lancé le Maïdan pour en arriver là.

Karine Bechet-Golovko
lundi 19 janvier 2015

Russie politics

via: Comité Valmy

Publicités