Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

La guerre mettant aux prises la pseudo démocratie bourgeoise contre la barbarie a été déclarée par ces politiciens incapables de réguler l’économie, mais tout à fait capables de nous mener à la guerre totale : «il faut un combat national contre l’islamisme» a repris un éminent journaliste bourgeois (Serge Moati).

Robert Bibeau
Vendredi 9 Janvier 2015

Non au terrorisme. À bas le terrorisme d’État !
À peine quelques heures et la tuerie de Paris, au journal satirique Charlie hebdo, est présenté comme le «11 septembre de la France».

Les appels à l’unité nationale, à «faire bloc» derrière l’État «démocratique» pour défendre la République, se multiplient. Le président français, F. Hollande, s’est immédiatement présenté sur les lieux pour recueillir les dividendes politiques et idéologiques de cet attentat et pour appeler à l’unité nationale contre «une attaque (…) commise contre un journal – c’est-à-dire l’expression de la liberté (sic) – contre des journalistes (…) contre l’esprit de la République». Voilà, la table était mise pour mobiliser «la nation» en faveur de la guerre dont les masses ouvrières, les jeunes chômeurs et les travailleurs feront la chair à canon au nom de la «patrie en danger».

Ouvriers du monde entier, n’avez-vous jamais entendu ce refrain par le passé?

La guerre mettant aux prises la pseudo démocratie bourgeoise contre la barbarie a été déclarée par ces politiciens incapables de réguler l’économie, mais tout à fait capables de nous mener à la guerre totale : «il faut un combat national contre l’islamisme» a repris un éminent journaliste bourgeois (Serge Moati).

Le mot d’ordre est lancé : «défendre la démocratie et la république contre l’islamofascisme». D’ores et déjà, quelques heures après l’attentat, le Parti Socialiste français appelle à une «marche des républicains» visant à entraîner la population derrière son train opportuniste. L’ensemble des dirigeants du monde, Obama, Cameron, Merkel, Poutine, Harper, etc. dénoncent l’attentat et désigne l’ennemi que l’ouvrier devrait exterminer : l’islamiste. La guerre contre l’islamisme, déjà déclarée lors des attentats d’Ottawa (Canada), de New York et de Sydney (Australie) de ces derniers mois, va être relancée et les populations vont être rameutées pour se rassembler derrière le drapeau nationaliste chauvin et derrière l’État pseudo démocratique bourgeois, qui hier encore leur imposait des coupures dans leur régime de retraite, des compressions des services publics, des hausses de taxes, le chômage et la paupérisation généralisée, en France comme dans les autres pays alliés.

C’est une véritable atmosphère de guerre que les bourgeoisies de tous les pays essaient d’imposer aux ouvriers. Et nul doute que cet attentat marque une étape dans la mise en place d’une grande offensive idéologique et politique international contre la classe ouvrière en vue de lui imposer une logique militaire, d’unité nationale policière et de préparation à la guerre pour laquelle tous les sacrifices économiques et humains seront exigés des salariés.

Soyons clairs : nous dénonçons ces actes de barbarie et l’usage du terrorisme. Ce n’est pas une arme de la classe ouvrière. Le terrorisme d’aujourd’hui est toujours, directement ou indirectement manipulé et provoqué par les États bourgeois à la fois comme moyen – et moment – des guerres impérialistes et, en même temps, contre la classe ouvrière : par la terreur généralisée et les mesures de répression que ces actes sanglants justifient; et surtout, par l’utilisation idéologique et politique qui en est faite et qui vise à rassembler l’ensemble des populations derrière l’État et les bourgeois au nom de l’unité nationale et de la défense de la patrie (du déjà vu).

Pour la classe ouvrière, l’alternative « démocratisme contre islamofascisme » est un piège. Les groupes terroristes islamistes sont produits par les États «démocratiques» et leurs rivalités impérialistes exacerbées. L’organisation Human Rights Watch a mis en évidence comment le FBI recrutait et utilisait des musulmans pour commettre des attentats en «loup solitaire». Les Talibans furent des hommes de la CIA, de même qu’Al Qaïda. L’État islamique au Levant est soutenu par les services secrets d’Occident. Ce n’est pas l’islamisme qui attaque la classe ouvrière dans le monde, mais les États capitalistes, dont la plupart, sont qualifiés de «démocratiques». Les provocations et les campagnes antiterroristes et anti-islamistes font partie intégrante des politiques des États bourgeois et sont utilisées spécifiquement contre la classe ouvrière.

Plus le capitalisme s’enfonce dans la crise économique et les rivalités impérialistes, plus le terrorisme se développe et frappe les populations innocentes.

Seule la classe ouvrière peut faire reculer les menaces de guerre et de terrorisme en développant ses luttes sur le front économique de la lutte de classe pour la défense de ses conditions de vie et de travail. Seule, la destruction du capitalisme peut offrir une solution à cette marche à la guerre forcée que l’État bourgeois tente d’imposer dans les esprits et dans les foyers.

Le prolétariat ne doit pas tomber dans le piège que l’État bourgeois lui tend: être avec les terroristes ou avec l’État bourgeois terroriste. Le prolétariat doit combattre l’État policier qui terrorise à Ferguson-Missouri et dans tous les États-Unis, en France, au Canada et ailleurs dans le monde.

Non au terrorisme, non à l’État terroriste qui nous mène à la guerre impérialiste mondiale. Oui à la lutte ouvrière contre le capitalisme, la misère, la terreur et la guerre !

LA SUITE DE L’ARTICLE : http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/non-au-terrorisme-non-a-letat-policier/

POUR UN COMPLÉMENT D’INFORMATION : http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520


L’attaque terroriste contre Charlie Hebdo porte la marque des réseaux Gladio [Landdestroyer]

La France, en tant que pays membre de la coalition conduite par l’OTAN, a armé, aidé et financé les terroristes d’Al-Qaïda pendant des années, en Libye afin de renverser le régime de Muammar Kadhafi, et a continué jusqu’à aujourd’hui en armant et en hébergeant des terroristes de l’organisation sous fausse bannière Al-Qaïda, incluant l’Etat Islamique, cela à l’intérieur du territoire syrien et à ses frontières.

Avec la récente attaque à Paris vraisemblablement perpétrée par des terroristes que la France a armé et soutenu au Moyen Orient et en Afrique du Nord, la responsabilité du gouvernement français est engagée. Il est en effet coupable d’avoir apporté un soutien matériel à une organisation terroriste qui vient de tuer des citoyens français, dont deux policiers, pas seulement sur le sol français, mais dans la capitale elle même.

Dans l’article du New York Time intitulé « 12 morts dans l’attaque terroriste contre le journal Charlie Hebdo », les éléments suivants sont rapportés :

Des hommes masqués armés de fusils automatiques ont ouvert le feu dans les bureaux d’un journal satirique français mercredi à Paris, selon la police, tuant 12 personnes avant de s’enfuir à bord d’une voiture.

Le président François Hollande a affirmé que l’attaque perpétrée contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, était « sans l’ombre d’un doute » un acte terroriste et a relevé l »alerte nationale au risque terroriste à son plus haut niveau. Il a dit que plusieurs attaques avaient été déjouées les semaines précédentes.

Cependant, en dépit du fait qu’Hollande feigne de se sentir concerné et outragé par cet attentat, le gouvernement français a préconisé et présidé à l’armement des groupes terroristes dans le monde arabe afin de détruire les nations les unes après les autres et remodeler la région entière selon les intérêts géopolitiques et économiques occidentaux, phénomène qui a débuté avec le « printemps arabe » de 2011.

Le Washington Post signalait en 2011 dans un article intitulé « La France envoie des armes aux rebelles syriens » que :

Des membres des autorités françaises ont annoncé mercredi que la France avait armé les rebelles en Libye, c’est la première fois qu’un pays membre de l’OTAN admet officiellement qu’il fournit une aide militaire directe à l’opposition au gouvernement, dans un conflit qui dure bien plus longtemps que ce à quoi beaucoup des décideurs politiques s’attendaient.

Alors que son prédécesseur, l’ancien président Nicolas Sarkozy, a lancé le dépeçage de la Libye dans le sillage de l’intervention de l’OTAN, en fournissant des armes et une couverture aérienne aux terroristes qui commettaient des atrocités et se livraient à un véritable génocide, Hollande a continué la politique édictée sous Sarkozy en Libye mais également en Syrie.

L’attaque a été menée par des professionnels de type « Gladio »

Les vidéos qui sont parues de l’attaque à Paris montrent un armement lourd que les militants manipulent de manière experte, avec précision et discipline, ce qui est clairement le résultat d’une formation de type militaire. Quelques soient les relents d’Al-Qaïda qu’ils dégagent, ils sont le produit du réseau global de terroristes que l’occident a délibérément créé et perpétué jusqu’à ce jour, dans le but de mener une « guerre à la terreur » contre ses propres citoyens aussi bien que mener des guerres régionales par procuration contre ses ennemis.

La complicité française dans l’armement des militants en Syrie spécialement, est depuis longtemps un sujet de discorde et de craintes pour certains critiques qui ont averti depuis des années des risques de retournement des djihadistes contre la France. Il est inhabituel que la France ou l’un de ses partenaires du vaste réseau d’états sponsorisant la terreur globale, n’ait pas anticipé un tel retournement dramatique et ait été incapable de prévenir une telle attaque si elle le désirait. En d’autres termes, l’attaque de Paris ressemble à une attaque menée par le réseau Gladio de l’OTAN contre les populations européennes dans le but insidieux de manipuler la perception de l’opinion publique aussi bien que le paysage politique local. Financés par les états-unis, entraînés au Royaume-Uni et maintenus sous la forme de groupes paramilitaires extrémistes à travers l’Europe durant la Guerre Froide, les réseaux « Stay Behind » de l’OTAN ont supposément été créés afin de pouvoir être activés dans le cas d’une invasion soviétique de l’Europe de l’Ouest. Au lieu de cela, ils ont été utilisés pour mener des attaques sous fausse bannière, tuant et mutilant des centaines d’européens au moyen d’atrocités attribuées à l’Union Soviétique et à ses sympathisants locaux. Les attentats et les assassinats ont été utilisés par l’OTAN pour manipuler l’opinion publique et offrir un soutien aux groupes politiques opérant sous l’influence de l’OTAN.

De la même manière, Al-Qaïda et ses franchises, dont la plus récente et la plus connue est ISIS, sont utilisées simultanément comme une menace intérieure contre certains pays et un corps expéditionnaire de mercenaires.

En effet, d’un côté le président Hollande condamne les attentas à Paris, alors que de l’autre il continue à appeler à l’armement et au soutien opérationnel du réseau terroriste dont est issue cette même attaque, afin de poursuivre la campagne de terreur et de violence en Syrie.

Indépendamment de toute enquête et de ses conclusions, le fait que l’OTAN ait organisé de telles attaques par le passé contre les peuples mêmes qu’elle prétend protéger fait de l’organisation et des leaders politiques à la tête de ses états membres, les principaux suspects, à la fois incapables de mener une enquête impartiale sur l’attaque récente et incapables d’en empêcher une nouvelle, comme si ces dernières étaient conçues non pas par des forces situées à l’extérieur des frontières européennes, mais par des ennemis intérieurs extraordinairement dangereux.

Tony Cartalucci pour Landdestroyer

Traduction Guillaume Borel pour les moutons enragés

Publicités