Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Merci Mr Vernochet, enfin quelqu’un d’honnête, au sujet de la liberté d’expression inexistante en France, Charlie Hebdo, était politiquement correct, contrairement à ce que l’on nous fait avaler, l’islamophobie et la christianophobie étant les sujets préférés des différents pouvoirs, depuis belle lurette…

Charlie Hebdo symbole de la liberté d’expression, arrêtez je vais vomir !!

Charlie Hebdo était le symbole de la liberté d’expression à géomètrie variable !


 

source: YouTube


 

Le Mossad derrière l’attentat contre Charlie Hebdo? Un grand média américain s’autocensure après avoir suggéré une « vengeance » d’Israël contre la France

PANAMZA. Qui se cache derrière le commando responsable de l’attaque de Charlie Hebdo? Interdiction d’évoquer la piste israélienne pour The International Business Times qui a censuré aujourd’hui l’article de son journaliste.

Le 08.01.2014 à 23h09

Mon article était une exploration des théories du complot en vogue sur internet et non une assertion.

Mes excuses envers ceux que j’ai blessés. J’apprendrai de cela.

Profil bas pour le journaliste Gopi Chandra Kharel.

Aujourd’hui, en fin d’après-midi, il a fait connaître son regret singulier via Twitter.

Le motif ? Membre de la rédaction indienne de l’IBT (International Business Times, média basé à New York et classé 3ème journal économique en ligne -en termes d’audience mondiale), l’homme a visiblement commis une grosse bévue au regard des tabous de la profession journalistique occidentale. Ben Steil, cadre au sein de l’influent think-tank atlantiste CFR, a ainsi interpellé le journal sur Twitter pour leur suggérer son licenciement.

Les faits : en milieu de journée, le dernier article de Gopi Chandra Kharel a été publié. Son titre : « Attaque de Charlie Hebdo et connexion du Mossad : est-ce qu’Israël laisse échapper sa colère pour la reconnaissance de l’État de Palestine par la France? »

L’objet du papier : une dissertation -presque scolaire dans la forme- sur les « théories du complot » en cours sur Internet à propos d’une responsabilité des services secrets israéliens dans l’attentat -toujours mystérieux– perpétré hier par un éventuel duo – prétendument vite identifié– contre l’équipe de Charlie Hebdo. Faisant mine de ne pas prendre parti sur la validité de ces « théories », le journaliste souligne que le gouvernement de Benyamin Netanyahou était profondément hostile à la récente reconnaissance de l’État de Palestine par le Parlement français ainsi qu’envers les dernières prises de position, plus tranchées, du Quai d’Orsay en faveur d’un retour aux frontières de 1967 d’ici 2017.

Et son papier de se conclure par ces mots quelque peu audacieux, notamment au vu des canons du journalisme français :

Bien qu’il n’y ait pas de moyen de vérifier les allégations selon lesquelles le Mossad était impliqué, le contexte dans lequel l’attaque se déroula semble indiquer qu’ils pourraient être impliqués, d’après de nombreux conspirationnistes. Le Mossad s’occupe de collecter des renseignements et a entrepris, pour Israël, beaucoup d’opérations sous couverture en Europe dans le but de servir leur cause juive.

La réaction de l’IBT, en fin d’après-midi: la censure du papier (toujours consultable -ironiquement- dans les archives du web).

Le lien URL originel (comportant encore le titre de l’article) renvoie désormais à une note d’excuse à l’attention des lecteurs.

Rédacteur en chef de l’IBT, Peter S. Goodman a justifié, via Twitter, la disparition de l’article en le qualifiant de « complètement inapproprié ».

Détail cocasse : aujourd’hui même, Gopi Chandra Kharel a publié un autre article, toujours en ligne et consacré aux rumeurs relatives à un « complot domestique » (inside job) dans l’attaque de Charlie Hebdo.

Moralité : il est possible, aux yeux de l’IBT comme de la plupart de ses confrères occidentaux, de laisser passer un papier laissant entendre que des services secrets puissent mettre en scène un attentat imputé à la mouvance islamiste.

À condition que ces services secrets ne soient pas israéliens.

Pointer du doigt des opérations -sous couverture- russes, chinoises et même françaises : no problem. Nul ne vous accusera d’être russophobe, sinophobe ou francophobe. Tentez l’expérience, comme Gopi Chandra Kharel, avec le Mossad et l’accusation, tacite ou explicite, d’antisémitisme planera sur votre réputation.

Et ce, en dépit des innombrables agissements criminels, plus ou moins déguisés, du Mossad telle l’exécution, toujours passée sous silence par les médias traditionnels et ignorée par la mouvance pro-palestinienne orthodoxe, de l’opération du 11-Septembre.

source: PANAMZA


 

Rappel: Netanyahu menace la France

 

 

 

Publicités