Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , ,

La colère, toujours véhémente, des UMP alsaciens contre la fusion de leur région avec Champagne-Ardenne et Lorraine n’aura

La nouvelle carte des 13 régions de France. L'Obs

rien changé. Le Parlement a adopté définitivement, ce mercredi 17 décembre, par un ultime vote de l’Assemblée nationale, la nouvelle carte de France à 13 régions.

Les députés ont adopté le texte par 95 voix pour, 56 contre et 11 abstentions. Le Front de gauche, les écologistes, les radicaux de gauche, l’UMP et l’UDI ont voté majoritairement contre alors que les socialistes ont voté pour.

De 22 à 13 régions

Ce vote met un point final à six mois de débats au Parlement. C’est la carte proposée par le groupe PS de l’Assemblée qui s’est imposée, alors que le gouvernement avait d’abord proposé 14 régions, tandis que le Sénat en voulait 15, au lieu des 22 actuelles.

Cette carte « a sa cohérence », s’est félicité le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui y voit « un message d’espoir pour ceux qui croient en la nécessité des réformes ».

La nouvelle carte fusionne l’Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, et Midi-Pyrénées avec Languedoc-Roussillon, trois fusions contestées, surtout la première. Les autres regroupements ont été moins polémiques (Poitou-Charentes avec Limousin et Aquitaine, Bourgogne et Franche-Comté, Rhône-Alpes avec Auvergne), voire enthousiastes (les deux Normandie).

La réforme entrera en vigueur début 2016, après les élections régionales de décembre.

Les 13 nouvelles régions et leur PIB (source : Insee)

Les départements pourront changer de région, sous conditions

Le texte modifie aussi le mécanisme pour permettre à un département de changer de région en abrogeant la condition du référendum local.

Ce « droit d’option » sera permis entre 2016 et 2019. Mais ce changement de région devra obtenir l’aval des deux conseils régionaux concernés, ainsi que du conseil départemental à une majorité des trois cinquièmes.

Ce seuil de 60% a été critiqué comme un « verrou législatif » par les écologistes comme les députés bretons qui, sur tous les bancs, rêvent d’une « réunification de la Bretagne à cinq départements » en y incluant la Loire-Atlantique, actuellement au sein des Pays-de-la-Loire.

source: nouvelobs.com



 

En Bref, François Asselineau et Pierre Hillard sur les Euro-Régions

 

Pierre Hillard: « L’Europe des régions »

Pour approfondir  le sujet. La fin de l’état Français et ce que cela implique.

 

Publicités