Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Etienne Chouard : un homme en danger

article de Serge Uleski


 

C’est lui, c’est Etienne Chouard !

Inlassable pédagogue du TAS (tirage au sort des représentants du Peuple : volonté des citoyens)….même si ce système de nomination peut être critiqué par un dénommé Clément Sénéchal, black-listé au Parti-de-gauche, une meute composée de journalistes et d’activistes politiques cherche à l’abattre : Les Inrocks, l’Express, et des membres de M6R (Pour une 6è république) sur Médiapart – encore Médiapart ! – qui semble se spécialiser dans le lynchage ad hominem !

La raison de cette cabale ? Devinez ?

Et bien…

à l’heure où Marine le Pen, Zemmour et Finkielkraut sont reçus partout dans les médias, on reproche à Etienne Chouard d’entretenir des relations avec différents acteurs de la dissidence, lesquels acteurs partagent en commun deux défauts majeurs à leurs yeux à tous :

ils ne sont ni islamophobes ni complaisants à l’égard d’une idéologie, le sionisme, telle que la politique d’Israël et la soumission de toute la classe politique et médiatique ainsi que de l’Etat français et des institutions européennes peuvent nous en donner chaque jour une représentation : colonisation, bombardements civils, assassinats et chantage à l’antisémitisme.

***

Après le Musulman, un autre procès en sorcellerie nous est proposé : Etienne Chouard ; procès symptomatique d’une société au bord de l’asphyxie et d’une gauche qui s’agite dans un bocal et tourne en rond faute d’être capable de nouer des liens véritables avec un électorat qui n’a de cesse de lui tourner le dos ; à l’occasion de ce procès conduit par de pauvres hères aussi dogmatiques qu’ignorants et obtus, égarés quelque part dans les années 30 (2), une Judith Bernard, membre de M6r, sera sommée de se désolidariser d’un Etienne Chouard maintenant jugé infréquentable ; ce qu’elle fera après avoir résisté une semaine dans un climat qui, aujourd’hui, n’a plus rien à envier au Maccarthisme, à la suite de pressions exercées par des apprentis commissaires politiques au service d’une gauche déjà perdante avant d’avoir livré le moindre combat car, à la tête d’un projet – une 6e République -, sans véritable assise populaire parmi un électorat de plusieurs dizaines de millions d’électeurs potentiels dont près de 45 millions d’inscrits (3).

…/…suite de l’article et source: sergeuleskiactualite

Publicités