Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les Prs Philippe Even et Bernard Debré avaient sorti il y a quelques temps un livre dérangeant pour l’establishment qui reprenait une liste (sûrement non exhaustive) de 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux. Une liste encore gentille au sens où ils avaient sans doute évité de citer le moindre vaccin, eu égard à leur caractère hypertabou (sans commune mesure avec les autres médicaments), bien que Philippe Even avait toutefois évoqué dans une vidéo l’absence de données fiables sur les effets de l’aluminium vaccinal et le caractère expérimental de ces vaccins. Mais ce livre était d’autant plus dérangeant pour l’establishment qu’il s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires…
Guide-des-4000-medicaments-inutiles-ou-dangereux

Ce livre d’Even & Debré  rappelait par exemple l’inutilité des statines, ces molécules prescrites à tour de bras par des milliers de médecins pour masquer le symptôme « cholestérol » sans rien traiter du terrain. Vu le quasi systématisme de ces prescriptions par des milliers de médecins, il était clair que cela risquait d’altérer la confiance souvent indue que les dociles patients placent en eux.

 Sans grande surprise donc, les médecins auteurs de ce livre ont été sanctionnés par l’Ordre des Médecins qui a agit en cela en bon chien de garde des intérêts corporatistes et commerciaux (qui s’en étonnerait encore à part les grands naïfs?) et qui les a condamnés à ce stade à un an d’interdiction d’exercer au motif d’un « manque de confraternité ».

 Interrogé il y a deux jours sur Europe 1, Philippe Even a rappelé quelques bonnes vérités (mais aussi une utopie selon nous, comme celle consistant à considérer la revue médicale Prescrire comme une « Bible » alors que cette revue s’est toutefois royalement plantée plus d’une fois en matière de vaccination (rien vu sur le vaccin HB, rien vu sur le vaccin Prevenar, rien vu que l’Infanrix hexa, rien vu sur les vaccins HPV,..) mais il est vrai que les vaccins, c’est un TABOU dont les directeurs de revues médicales ont pleinement conscience. Critiquer des médicaments passe encore mais les vaccins, non, c’est intouchable et d’ailleurs la critique publique des vaccins expose à la radiation à vie. C’est là une question d’idéologie, point.

Parmi les belles choses que le Pr Even a dites, il y a cette phrase, on ne peut plus vraie:  » Ma conviction profonde, c’est que le changement dans ce pays ne viendra ni par les pouvoirs publics qui sont généralement incompétents et qui manquent de courage ni par les médecins qui sont formatés depuis le début de leurs études pour apprendre par coeur et réciter ce que l’industrie leur transmet, il viendra des patients, c’est les patients qu’il faut mobiliser

Mais peut-être que ces sanctions sont liées au fait que Even comme Debré avaient déjà publiquement auparavant égratigné les vaccinations (H1N1 pour Bernard Debré qui considérait qu’il s’agissait d’une « escroquerie intellectuelle » et d’un « mensonge d’Etat« ; les vaccins à base d’aluminium pour Even)??

Voici la vidéo où Philippe Even évoquait la sous-estimation des risques liés aux adjuvants:

Source de ces informations ci-dessus: Le Monde & Europe1

 Photo des Prs Even et Debré le 23 octobre 2012 (AFP/ Mehdi Fedouach)

 Comparez les propos du Pr Even avec les révélations du Dr Bernard Dalbergue, ex employé de la firme Merck et auteur du livre « Omerta dans les labos pharmaceutiques; confession d’un médecin. »

Les pratiques du laboratoire pharmaceutique Merck en accusation 

Le Monde.fr. 04.02.2014

Dr-DalbergueDr Bernard Dalbergue. Bruno Fert/Picturetank pour Le Monde

C’est dans l’un des petits bureaux de Flammarion, place de l’Odéon, qu’a lieu la rencontre. Alors que son livre choc, Omerta dans les labos pharmaceutiques : confessions d’un médecin (Flammarion, 300 p., 19 euros), sort mercredi 5 février, Bernard Dalbergue, a l’air d’un homme fatigué après un long chemin. Cheveux gris blond, yeux bleus délavés assortis à sa chemise, il porte encore le costume bleu sombre et la cravate à larges rayures qui fut son uniforme pendant plus de vingt ans au service de l’industrie pharmaceutique.

Employé jusqu’en 2011 par l’américain Merck (MSD en France), ce médecin de 55 ans lève aujourd’hui le voile sur des pratiques inquiétantes : essais cliniques biaisés, effets secondaires dissimulés, experts achetés. Selon lui, le laboratoire a enfreint beaucoup de règles pour faire le succès de ses médicaments.

Actuellement en procès avec MSD, il assure ne pas agir par esprit de vengeance. « Il y a certes beaucoup de médicaments inutiles, voire dangereux, mais globalement ils sauvent des millions de vies », défend Bernard Dalbergue. « La grande majorité des industriels est honnête, mais quelques-uns sont à l’origine de dérapages inacceptables », poursuit-il.

MÉDECINS « ACQUIS » À LA CAUSE

Coécrit avec la journaliste Anne-Laure Barret, Omerta dans les labos donne des exemples précis de médicaments mis sur le marché dans des conditions douteuses, ou bien dont les dangers ont été volontairement occultés par le laboratoire américain.

Le Victrelis, un traitement indiqué dans le traitement de certaines hépatites C, aurait ainsi été lancé avec succès en 2011 grâce au concours de plusieurs médecins « acquis » à la cause du laboratoire, et « infiltrés » dans les instances chargées de statuer sur son autorisation de mise sur le marché (AMM).

 Omerta-dans-les-labos-pharmaceutiques Sans citer leurs noms, Bernard Dalbergue précise que Merck a rémunéré à plusieurs reprises ces leaders d’opinion – comme on les appelle dans le jargon – pour des missions liées au lancement du Victrelis alors que l’agence française du médicament (l’Afssaps à l’époque, l’ANSM aujourd’hui) et son équivalent européen les avaient choisis comme experts pour évaluer ce médicament.

Pourquoi prendre autant de risques ? « Pour bousculer le calendrier et coiffer la concurrence sur la ligne de départ  », répond Bernard Dalbergue. A l’époque, les dirigeants français de Merck n’ont qu’une crainte, explique-t-il : se faire doubler par l’Incivo du laboratoire Janssen (filiale pharmaceutique de l’américain Johnson & Johnson), qui vient de déposer son dossier d’AMM. Ils comptent donc sur leurs experts « préférés » pour accélérer la validation de leur demande.

« HABITUDE A ÉTÉ PRISE D’ENFUMER LES AUTORITÉS DE SANTÉ »

Contacté, MSD, explique prudemment que les médecins sont les seuls responsables des liens d’intérêts qu’ils déclarent aux agences. « Ce n’est pas nous qui choisissons les experts », souligne un porte-parole avant de reconnaître les limites du système.

« Les mieux placés pour parler du médicament sont les médecins qui ont suivi les patients lors des essais cliniques. Il est peut-être difficile pour les agences de trouver des spécialistes qui n’ont pas de liens avec les laboratoires concernés. » Une déclaration qui fait écho à l’adage maintes fois entendu dans cet univers : « Un expert sans conflit d’intérêt est un expert sans intérêt. »

Pour expliquer ces difficultés de recrutement, Bernard Dalbergue avance de son côté des arguments plus terre à terre  « Il y a beaucoup de coups à prendre et pas grand-chose à gagner : des nuits blanches à éplucher des centaines de pages, un boulot titanesque avec beaucoup de paperasse pour environ 500 euros ! (…) Voilà pourquoi la majorité des pontes préfèrent désormais l’argent des labos aux honneurs. »

En 2011, Bernard Dalbergue ne tombe sans doute pas de sa chaise en découvrant le pot au rose, puisqu’il connaît de longue date ces experts et les usages du secteur. Mais le Victrelis est pour lui la couleuvre de trop à avaler, le symbole d’une industrie décidément bien malade.

« Habitude a été prise d’enfumer les autorités de santé. Mais le lancement de notre nouveau médicament frôle la démesure, écrit Bernard Dalbergue. Durant toute ma carrière, jamais je n’avais été le témoin de telles liaisons dangereuses entre des toubibs et une entreprise privée.»

Si elles sont avérées, ces infractions pourraient coûter cher au laboratoire, y compris dans son pays d’origine, où les législateurs ne plaisantent pas avec les conflits d’intérêt. Le puissant Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) leur permet de sanctionner, souvent lourdement, des entreprises américaines suspectées de corruption, quel que soit le pays où les faits ont eu lieu.

250 RÉCLAMATIONS DISSIMULÉES

Ironie du sort : au moment même où la direction française de Merck s’empêtre dans ses contradictions, la maison mère du laboratoire déploie dans le monde entier un logiciel supposé l’alerter sur le moindre conflit d’intérêt potentiel.

Deux autres « affaires » relatées dans l’ouvrage posent une question plus grave : certains laboratoires sont-ils prêts à sacrifier certains patients sur l’autel du business? Pour Bernard Dalbergue cela ne fait aucun doute. La preuve ? Ce stylo injecteur lancé par Merck pour administrer un traitement contre l’hépatite C. Commercialisé en 2002, il n’a été retiré du marché qu’en 2013 alors que le laboratoire a été alerté dès son lancement de ses dysfonctionnements.

Entre-temps, dix ans de « com » bien orchestrée préservent bon an mal an les ventes de son blockbuster avec un argument imparable : ce n’est pas le stylo qui pose problème mais les patients qui ne savent pas s’en servir. Quoi qu’il en soit, sans le savoir, une partie d’entre eux n’a régulièrement pas reçu le dosage adéquat du médicament.

Avec quelles conséquences ? « Difficile de le dire, puisque les incidents étaient très peu reportés », regrette Bernard Dalbergue qui, avec le recul, se demande comment il a pu cautionner et couvrir cela pendant dix ans.

Il cite un chiffre inquiétant : Merck, dit-il, a admis lors d’une réunion à l’agence du médicament avoir dissimulé 250 réclamations. Selon lui, la pharmacovigilance est «une vraie passoire » : ni les médecins, ni les laboratoires ne signalent correctement les problèmes qu’ils constatent. « Seuls 1% des cas apparaissent dans le radar, donc quand on voit apparaître un ou deux morts, il est vraiment temps de s’inquiéter

« REGARDER DANS LA BASE DE DONNÉES DE L’ASSURANCE MALADIE »

L’enquête complémentaire menée par Anne-Laure Barret, revient de son côté sur l’affaire du Vioxx, un anti-inflammatoire lancé par Merck au tournant des années 2000 et brusquement retiré du marché en 2004. Pourtant soupçonné d’avoir causé 20 000 à 40 000 morts prématurées aux Etats-Unis, il n’a curieusement pas fait l’objet d’investigations poussées de ce côté de l’Atlantique, constate la journaliste.

Pis, son successeur, un anti-inflammatoire de la même famille, a obtenu une AMM en 2008 malgré de sérieux doutes sur son efficacité et des données très préoccupantes quant à ses effets secondaires. « Ce traitement, prescrit à 50 0000 personnes en 2011 est-il, comme son cousin, un produit dangereux ? », interroge la journaliste.

Elle rassemble en tout cas des éléments troublants : le rapport d’un épidémiologiste américain soulignant les biais des essais cliniques, le rapport mitigé de la Haute Autorité de Santé, l’instance qui note les médicaments, ou encore la volte-face de l’Agence du médicament qui rédige des conclusions pour le moins contradictoires avance de donner son feu vert.

  « Pour savoir si ce médicament tue, il suffirait aux autorités d’aller regarder dans la gigantesque base de données de l’Assurance maladie. On y trouve toutes les prescriptions. En les analysant et en les recoupant avec d’autres sources, sur les décès ou les hospitalisations, on pourrait facilement repérer les effets secondaires des médicaments en vie réelle », souligne Bernard Dalbergue.

Ces informations ont été exhumées dans l’affaire Mediator, mais depuis, aucun suivi systématique n’a été mis en place. « Personne n’y a intérêt, c’est explosif », juge-t-il.

  « EMBRIGADEMENT QUASIMENT SECTAIRE » 

Au-delà de ces affaires emblématiques, qui finiront peut-être un jour sur le bureau d’un juge, le médecin met aussi en lumière des pratiques qui, sans être illégales, interpellent. C’est le cas des techniques de marketing employées par les laboratoires, parfois à la limite de la manipulation.

Bernard Dalbergue les connaît par cœur, pour avoir lui-même participé à ces séminaires de formation intensifs organisés dans des hôtels luxueux aux quatre coins du monde. Il raconte l’«embrigadement quasiment sectaire » des visiteurs médicaux chargés de « vendre » les médicaments dans les cabinets et les hôpitaux.

  Une armée dont le discours parfaitement formaté conquiert d’autant plus facilement qu’il est difficile, voire impossible, pour les médecins de relativiser ou interroger les informations qui leur sont communiquées. « Les études cliniques – quand elles sont publiées – sont bien trop complexes à décrypter, avec des biais savamment dissimulés. Même les experts s’y perdent ! Dans ce domaine, nous sommes aux mains des laboratoires », estime Bernard Dalbergue.

Une dépendance savamment orchestrée, dont il livre les secrets. Comment obtenir ses entrées à l’hôpital, quels arguments employer pour inciter un médecin à prescrire le médicament maison même s’il est notoirement moins bon que celui du concurrent, que lui faire miroiter comme contrepartie s’il accepte de cautionner un essai…? Voilà toutes les ficelles maîtrisées par un bon visiteur médical. On est très loin de la science et du progrès-

  Chloé Hecketsweiler, Journaliste au Monde

« Seuls 1% des cas apparaissent dans le radar. Donc quand on voit un ou deux morts, il est vraiment temps de s’inquiéter » dit le Dr Dalbergue qui a travaillé chez Merck, le fabricant du vaccin Gardasil. Or aux USA, où seuls 1% des cas sont sans doute rapportés également, 157 décès ont déjà été notifiés après ce genre de vaccin ! Mais allons-y, continuons gaiement, ca ne doit être qu’une « coïncidence », puisque les bons experts vous le disent …

http://www.initiativecitoyenne.be/article-corruptions-de-medecins-autorites-incompetentes-apres-la-confession-du-dr-dalbergue-le-pave-dans-123038957.html http://www.initiativecitoyenne.be/article-corruptions-de-medecins-autorites-incompetentes-apres-la-confession-du-dr-dalbergue-le-pave-dans-123038957.html

Liste des 400 MEDICAMENTS CANCERIGENES, DONT LA BIAFINE ET LE RHINATHIOL ?

 

Liste des 400 MEDICAMENTS CANCERIGENES, DONT LA BIAFINE ET LE RHINATHIOL ?
400 MEDICAMENTS CANCERIGENES, DONT LA BIAFINE ET LE RHINATHIOL ?UNE LISTE DE 400 MEDICAMENTS CONTENANT DES PARABENES, UN COMPOSE CHIMIQUE POUVANT AVOIR DES EFFETS CANCERIGENES, A ETE DEVOILEE AUJOURD’HUI PAR LE QUOTIDIEN LE MONDE.

CES CONSERVATEURS SONT LARGEMENT UTILISES DANS LES COSMETIQUES MAIS AUSSI DANS DES MEDICAMENTS ET CERTAINS ALIMENTS.

LE MONDE A PUBLIE AUJOURD’HUI SUR SON SITE UNE LISTE « DES 400 PRODUITS PHARMACEUTIQUES CONTENANT DES PARABENES ». ON Y TROUVE « DE NOMBREUX COSMETIQUES POUR BEBE », des crèmes comme la Biafine, « DE NOMBREUX SIROPS CONTRE LA TOUX » (Clarix, Codotussyl, Drill, Hexapneumine, Humex, Pectosan, Rhinathiol), DES PANSEMENTS GASTRIQUES (Maalox, Gaviscon)…

LES PARABENES SONT EGALEMENT PRESENTS DANS CERTAINS ANTIBIOTIQUES (Josacine, Zinnat), ET DANS DES MEDICAMENTS CONTRE LA DOULEUR ET LA FIEVRE (FORMES GENERIQUES D’IBUPROFENE ET DE PARACETAMOL).

DE NOMBREUSES ETUDES ONT DEMONTRE QUE CES SUBSTANCES CHIMIQUES PERTURBENT LE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME HORMONAL, EN PARTICULIER CELUI DE LA REPRODUCTION. ELLES POURRAIENT ETRE UNE DES CAUSES DE LA BAISSE DE LA FERTILITE MASCULINE ET DU DEVELOPPEMENT DE CANCERS.

Le 3 mai dernier, les députés avaient adopté contre l’avis du gouvernement une proposition de loi du Nouveau Centre interdisant l’utilisation des produits considérés comme des perturbateurs endocriniens, dont les phtalates et les parabènes.

IL EST CEPENDANT POSSIBLE QUE LE GOUVERNEMENT NE FASSE PAS INSCRIRE LE TEXTE A L’ORDRE DU JOUR DU SENAT, LE MINISTRE DE LA SANTE AYANT JUGE « PREMATURE » LE TEXTE DU NOUVEAU CENTRE.

ANNEXE : LA LISTE DES 400 MEDICAMENTS CANCERIGENES EN QUESTION (sources : http://s1.lemde.fr//mmpub/edt/doc/20110523/1525968_fb80_parabenes_1_.pdf , http://www.zinfos974.com/attachment/276676/ ou http://www.terrafemina.com/images/1809716.pdf ) :

•ACTI 5 sol buv
•ACTISOUFRE sol p pulv bucc/nasal
•ACTIVOX LIERRE sirop
•ADAPALENE TEVA 0,1 % crème
•ADAPALENE TEVA 0,1 % gel
•ADAPALENE WINTHROP 0,1 % crème
•ADAPALENE WINTHROP 0,1 % gel
•ALFA-AMYLASE BIOGARAN 200U.CEIP/ml sirop
•ALFATIL 250 mg gél
•ALGINATE DE SODIUM/BICARBONATE DE SODIUM BIOGARAN 250mg/133,5mgp5ml susp
buv
•ALGINATE DE SODIUM/BICARBONATE DE SODIUM EG 250mg/133,5mg p 5ml susp buv
•ALGINATE DE SODIUM/BICARBONATE DE SODIUM SANDOZ 250mg/133,5mg p 5ml susp buv
•ALGINATE DE SODIUM/BICARBONATE DE SODIUM TEVA 250mg/133,5mg pour 5ml susp buv
•ALLOPURINOL RATIOPHARM 300 mg caps
•ALLOPURINOL TEVA 100mg caps molle
•ALLOPURINOL TEVA 200mg caps molle
•ALLOPURINOL TEVA 300mg caps molle
•AMBROXOL BIOGARAN 0,6 % sol buv sans sucre
•AMBROXOL EG 0,6 % sol buv
•AMBROXOL MYLAN 0,6 % sol buv
•AMBROXOL RATIOPHARM 0,6 % sol buv
•AMBROXOL TEVA 0,3 % sol buv
•AMBROXOL TEVA 0,6 % sol buv
•ANTARENE 20 mg/ml susp buv enfant nourrisson
•APHILAN DEMANGEAISONS 0,5 % crème
•ARGININE VEYRON sol buv
•ARGININE VEYRON sol buv en ampoule
•ARNICAN 4 % crème
•AROMASINE 25mg cp enr
•ARPHOS sol buv
•ARTANE 0,4% sol buv
•ARTHRODONT 1% pâte gingiv
•ARTISIAL sol p pulv endobucc
•BACTRIM susp buv pédiatrique
•BETESIL 2,25mg emplâtre médicamenteux
•BETNESOL 5 mg/100 ml sol rect
•BETNEVAL LOTION 0,1 % émuls p appl cut
•BIAFINE émuls p appl cut
•BIAFINEACT émuls p appl cut
•BIOCALYPTOL 6,55 mg/5 ml sirop sans sucre
•BIOTINE BAYER 0,5% sol inj IM
•BRONCALENE SANS SUCRE sirop ad
•BRONCALENE sirop ad
•BRONCALENE sirop enf
•BRONCATHIOL ENFANT sol buv
•BRONCATHIOL EXPECTORANT sol buv ad
•BRONCHOKOD 2 % sirop enfant
•BRONCHOKOD 2 % sol buv sans sucre enfant
•BRONCHOKOD 5 % sol buv sans sucre adulte
•BRONCHOKOD sirop adulte
•BRONCOCLAR sirop adulte
•BRONKIREX 2 % sirop sans sucre enfant
•BRONKIREX 5 % sirop sans sucre adulte
•CALMIXENE sirop
•CARBOCISTEINE ARROW 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE BIOGARAN 2 % sol buv sans sucre enfant
•CARBOCISTEINE BIOGARAN 5 % sol buv sans sucre
•CARBOCISTEINE EG 2 % sirop Enf
•CARBOCISTEINE EG 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE MYLAN 2 % sirop Enf
•CARBOCISTEINE MYLAN 2 % sol buv sans sucre enfant
•CARBOCISTEINE MYLAN 5 % sirop Ad
•CARBOCISTEINE MYLAN 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE RATIOPHARM CONSEIL 2 % sirop enfant
•CARBOCISTEINE RATIOPHARM CONSEIL 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE SANDOZ CONSEIL 2 % sirop enfant
•CARBOCISTEINE SANDOZ CONSEIL 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE SANDOZ CONSEIL 5% sirop Ad
•CARBOCISTEINE SANDOZ CONSEIL sans sucre 2 % sol buv enfant
•CARBOCISTEINE TEVA CONSEIL 2 % sirop enfant
•CARBOCISTEINE TEVA CONSEIL 2 % sol buv sans sucre enfant
•CARBOCISTEINE TEVA CONSEIL 5 % sirop adulte
•CARBOCISTEINE TEVA CONSEIL 5 % sol buv sans sucre adulte
•CARBOCISTEINE WINTHROP 5 % sirop sans sucre adulte
•CEFUROXIME BIOGARAN 125mg cp pellic
•CEFUROXIME BIOGARAN 250mg cp pellic
•CEFUROXIME BIOGARAN 500 mg cp pellic
•CELLCEPT 1g/5ml pdre p susp buv
•CELLTOP 100 mg caps
•CELLTOP 25 mg caps
•CELLTOP 50 mg caps
•CETAVLON 0,5 % crème
•CETIRIZINE ARROW 10mg/ml sol buv en gte
•CETIRIZINE BIOGARAN 10mg/ml sol buv en gte
•CETIRIZINE TEVA 10mg/ml sol buv en gte
•CHOPHYTOL 20 % sol buv
•CHOPHYTOL cp enr
•CHROMARGON sol p appl loc
•CICATRYL pom
•CITRARGININE sol buv
•CITRATE DE BETAINE CRISTERS 2g/5ml sol buv
•CITROCHOLINE sol buv
•CLAIRODERMYL 10% pom
•CLAIRODERMYL 5% pom
•CLARIX EXPECTORANT CARBOCISTEINE 2 % ENFANTS sirop
•CLARIX EXPECTORANT CARBOCISTEINE 5 % ADULTES SANS SUCRE sol buv
•CLARIX EXPECTORANT CARBOCISTEINE ADULTES SANS SUCRE 750 mg/10 ml sol buv
•CLARIX sirop
•CLARIX TOUX SECHE PENTOXYVERINE 0,15 % ENFANTS sirop
•CLARIX TOUX SECHE PHOLCODINE ERYSIMUM ADULTES SANS SUCRE sirop
•CODEDRILL SANS SUCRE 0,1 % sol buv
•CODENFAN 1mg/ml sirop
•CODOTUSSYL TOUX SECHE ADULTES, sirop
•CODOTUSSYL TOUX SECHE sirop Enf
•COLOFOAM mousse rect
•COLPOTROPHINE 1 % crème
•COLPOTROPHINE 10mg caps vagin
•CORTAPAISYL 0,5 % crème
•CORTISAL crème
•COZAAR 2,5 mg/ml pdre/solv susp buv
•CREME 3 FLEURS D’ ORIENT 10% pom
•CYCLO 3 crème
•DEBRUMYL sol buv
•DEFILTRAN crème
•DEPAKINE 57,64 mg/ml sirop
•DEPO-PRODASONE 250 mg/5 ml susp inj
•DEPO-PRODASONE 500 mg/3,3 ml susp inj
•DEPOPROVERA susp inj
•DEPURATIF PARNEL sirop
•DEROXAT 20mg/10ml susp buv
•DESINTEX CHOLINE sol buv
•DESINTEX sol buv
•DEXERYL crème
•DEXIR sirop adulte
•DEXIR sirop enfant
•DEXTRARINE PHENYLBUTAZONE pom
•DEXTROCIDINE 0,3% sirop
•DIFFERINE 0,1 % crème
•DIFFERINE 0,1 % gel p appl cutanée
•DIGOXINE NATIVELLE 5μg/0,1ml sol buv
•DIMEGAN 0,04% sirop
•DIMETANE SANS SUCRE 133mg/100ml sirop
•DIPIPERON 40mg/ml sol buv
•DIPROSTENE susp inj en seringue préremplie
•DISTILBENE 1mg cp enr
•DOGMATIL 0,5 g/100 ml sol buv sans sucre édulcorée au cyclamate de sodium
•DOLGIT 5 % crème
•DOLIRHUME THIOPHENECARBOXYLATE 2 % sol p pulv nasal
•DOLKO 60mg/2ml sol buv
•DOMPERIDONE ARROW 1mg/ml susp buv
•DOXORUBICINE ACTAVIS 2mg/ml pdre p sol p perf
•DRAGEES FUCA cp enr
•DRAINACTIL sol buv
•DRILL EXPECTORANT 5 % sirop ad
•DRILL EXPECTORANT SANS SUCRE 5 % sol buv ad
•DRILL TOUX SECHE SANS SUCRE 15 mg/5 ml sirop ad
•DRILL TOUX SECHE SANS SUCRE 5 mg/5 ml sirop enf
•DROSETUX sirop
•DULCIPHAK collyre
•DYNAMISAN 3g/10ml sol buv
•EFFORTIL sol buv
•EFUDIX 5 % crème
•ELGYDIUM pâte dentifr
•ELIXIR SPARK sol buv
•EMTRIVA 10mg/ml sol buv
•ENERGITUM 2,5 g/10 ml sol buv
•EPIRUBICINE ACTAVIS 2 mg/ml pdre p sol p perf
•EPIVIR 10 mg/ml sol buv
•ERGIX EXPECTORANT SANS SUCRE 5 % sol buv
•ERGIX MAL DE GORGE collut
•ERGIX TOUX SECHE sirop ad
•ERGIX TOUX SECHE sirop enf
•ESBERIVEN crème
•ESOMEPRAZOLE BIOGARAN 20 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE EG 20 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE MYLAN 20 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE MYLAN 40 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE SANDOZ 20 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE SANDOZ 40 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE WINTHROP 20 mg, gélule gastro-résistante
•ESOMEPRAZOLE WINTHROP 40 mg, gélule gastro-résistante
•ETIZOL 20 mg, gélule gastro-résistante
•ETIZOL 40 mg, gélule gastro-résistante
•EUCALYPTINE LE BRUN sirop
•EUPHON sirop
•EUPHYTOSE cp enr
•EXOTOUX sol buv
•EXPANFEN 200 mg cp enr
•FARLUTAL 500mg/2,5ml susp inj LP
•FARMORUBICINE 10mg pdre p sol p perf
•FARMORUBICINE 150 mg pdre p sol inj
•FARMORUBICINE 50mg pdre p sol p perf
•FASTENYL sol buv
•FERROSTRANE 0,68% sirop
•FLAGYL 4% susp buv
•FLECTOR TISSUGEL HEPARINE 1 g/40 000 UI pour 100 g emplâtre médicamenteux
•FLECTORTISSUGELEP 1% emplâtre
•FLOGENCYL gel gingiv
•FLUDITEC 2 % sirop enfant
•FLUDITEC EXPECTORANT 5% sirop
•FLUIMUCIL 2 % sol buv adulte
•FLUIMUCIL 2 % sol buv enfant
•FLUOCARIL BI-FLUORE ANIS 250mg pâte dentifr
•FLUOCARIL BI-FLUORE MENTHE 250mg pâte dentifr
•FLUOCARIL BI-FLUORE MENTHE ADULTE 250mg gel dentifr
•FLUOCARIL BI-FLUORE MENTHE FORTE 250 mg pâte dentifr
•FLUODONTYL 1350 pâte dentifr
•FLUOREX 1 mg/ml sol buv
•FLUOSTEROL 0,25mg/800UI/dose sol buv
•FLUVERMAL 2% susp buv
•FUNGIZONE 10 % susp buv enf/nour
•FUNGIZONE 10% susp buv
•GALIRENE sol buv
•GAVISCON susp buv en flacon
•GAVISCON susp buv en sachet
•GAVISCON susp buv nourrisson
•GAVISCONELL SANS SUCRE MENTHE susp buv sachet-dose
•GELDOLOR gel
•GELOX susp buv en sach
•GENTALLINE 10mg sol inj
•GENTALLINE 160mg sol inj
•GENTALLINE 40mg sol inj
•GENTALLINE 80mg sol inj
•GENTAMICINE CHAUVIN 0,3% pom ophtalm
•GENTAMICINE DAKOTA PHARM 40mg/2ml sol inj
•GENTAMICINE DAKOTA PHARM 80mg/2ml sol inj
•GENTAMICINE PANPHARMA 10mg sol inj
•GENTAMICINE PANPHARMA 160mg sol inj
•GENTAMICINE PANPHARMA 40mg sol inj
•GENTAMICINE PANPHARMA 80mg sol inj
•GRINAZOLE pâte p us dent
•GYNO DAKTARIN 400 mg caps molle vagin
•HALDOL 2 mg/ml sol buv
•HALOPERIDOL RENAUDIN 0,05 % sol buv en goutte
•HELICIDINE 10 % sirop
•HEMEDONINE 5 mg/ml sol buv
•HEMOCLAR 0,5 % crème
•HEPANEPHROL sol buv
•HEPARINE SODIQUE PANPHARMA 25 000 UI/5 ml sol inj IV
•HEPATO-SOLUTINES sol buv
•HEPATOUM sol buv
•HEPT A MYL 30,5% sol buv
•HEPT A MYL 30,5% sol buv
•HEXAPNEUMINE sirop adulte
•HEXAPNEUMINE sirop enfant
•HEXAPNEUMINE sirop nourrisson
•HEXASPRAY collut
•HEXTRIL pâte dentifr
•HIRUCREME crème
•HUMEX 5 % EXPECTORANT SANS SUCRE sol buv Ad
•HUMEX EXPECTORANT CARBOCISTEINE 750 mg/10 ml ADULTES SANS SUCRE sol buv
•HUMEX EXPECTORANT sirop ad
•HUMEX TOUX SECHE PHOLCODINE sirop ad
•HUMEX TOUX SECHE PHOLCODINE sirop enf
•HYDROSOL POLYVITAMINE PHARMADEVELOPPEMENT sol buv en gte
•IBIS crème
•IBUPROFENE ARROW 200mg cp enr
•IBUPROFENE CRISTERS 200 mg cp enr
•IBUPROFENE ISOMED 200 mg cp enr
•IBUPROFENE MYLAN 200 mg cp enr
•IBUPROFENE QUALIMED 200mg cp enr
•IBUPROFENE RATIOPHARM 200mg cp enr
•IBUPROFENE RATIOPHARM CONSEIL 200 mg cp enr
•IBUPROFENE SANDOZ 200mg cp enr
•IBUPROFENE SANDOZ CONSEIL 200mg cp enr
•IBUPROFENE TEVA 200mg cp enr
•IBUPROFENE TEVA CONSEIL 200 mg cp enr
•IMIZINE 10% pâte p us dent
•IMODIUM 0,2 mg/ml sol buv enfant
•INSTILLAGEL gel urétral
•INTRAIT DE MARRON D’INDE « P » sol buv
•ITAX shampooing antipoux
•ITEM ANTI POUX lotion
•ITEM ANTI POUX shampooing
•JOSACINE 125mg/5ml glé p susp buv
•JOSACINE 250mg/5ml glé p susp buv
•JOSACINE 500mg/5ml glé p susp buv
•JOUVENCE DE L’ABBE SOURY sol buv
•KEAL 1g susp buv
•KEAL 2g susp buv
•KEPPRA 100mg/ml sol buv
•KETREL 0,05 % crème
•LAMIDERM 0,67 % émuls p appl cut
•LAMPRENE 100 mg caps
•LAMPRENE 50 mg caps
•LAROSCORBINE 1g/5ml sol inj IV
•LASILIX 10mg/ml sol buv
•LEVOCARNIL 100mg/ml sol buv
•LIDOCAINE 10 mg/ml ADRENALINE AGUETTANT sol inj
•LIDOCAINE AGUETTANT 5 % sol p pulv bucc
•LITHIAGEL susp buv
•LITHIODERM 8 % gel
•LOCACID 0,05 % crème
•LOCAPRED 0,1 % crème
•LOCOID 0,1 % crème
•LOCOID 0,1% émuls p appl loc fluide
•LOCOID crème épaisse
•LOMEXIN 600 mg caps vagin
•LUMIREM 175 mg/l susp buv/rectal
•MAALOX MAUX D’ESTOMAC susp buv en fl
•MAG 2 SANS SUCRE 122mg sol buv
•MAXIDROL pom ophtalm
•MAXILASE MAUX DE GORGE ALPHA-AMYLASE 200 UCEIP/ml sirop
•MEDIBRONC sirop enf
•MEDIBRONC sol buv adulte
•MEGAMYLASE 200 U/ml sirop
•METOPIRONE 250mg caps
•METVIXIA 168mg/g crème
•MICROPAQUE SCANNER susp buv
•MICROPAQUE susp buv/rect
•MICROTRAST pâte oral
•MONAZOL 2 % crème
•MOTILIUM 1 mg/ml susp buv
•MOXYDAR susp buv en sach
•MUCINUM A L’EXTRAIT DE CASCARA cp enr
•MUCOMYST 200mg/5ml pdre p susp buv
•MUXOL 0,3% sol buv
•MYCODECYL crème
•MYCOSTATINE 100 000 UI/ml susp buv
•NAUSICALM sirop
•NEO-CODION sirop adulte
•NEO-CODION sirop enfant
•NEO-CODION sirop nourrisson
•NERISONE 0,1 % crème
•NIFUROXAZIDE ARROW 4 % susp buv
•NIFUROXAZIDE EG 4 % susp buv
•NIFUROXAZIDE TEVA 4 % susp buv
•NOCTIUM sirop
•NODEX sirop ad en unidose
•NOOTROPYL 1 200 mg sol buv
•NOOTROPYL 20 % sol buv
•NOPRON 15 mg/5 ml sirop enf
•NORMACOL LAVEMENT sol rect adulte
•NORMACOL LAVEMENT sol rect enfant
•ONCOVIN 1mg sol inj
•OPTREX sol p lav ocul
•ORACILLINE 1 M UI/10 ml susp buv
•ORACILLINE 250 000 UI/5 ml susp buv
•ORACILLINE 500 000 UI/5 ml susp buv
•OSMOGEL gel p appl loc
•PADERYL 0,1 % sirop
•PANFUREX 4% susp buv
•PAPAINE TROUETTE PERRET sirop
•PAPAINE TROUETTE PERRET sol buv
•PARA SPECIAL POUX shampooing
•PARACETAMOL SMITHKLINE BEECHAM 2,4 % susp buv
•PARGINE 5 g/10 ml sol buv
•PASSEDYL sirop enf/nour
•PASSIFLORINE sol buv
•PAXELADINE 10 mg/5 ml sirop
•PECTOSAN EXPECTORANT 5 % sirop ad
•PECTOSAN TOUX SECHE ETHYLMORPHINE sirop
•PEPSANE gel buvable sachet-dose
•PERIDYS 1 mg/ml susp buv
•PHENERGAN 2 % crème
•PHOLCODYL sirop
•PHOSPHATE SODIQUE DE DEXAMETHASONE MYLAN 20 mg/5 ml sol inj
•PHOSPHATE SODIQUE DE DEXAMETHASONE MYLAN 4 mg/ml sol inj
•PHYTAT DB sirop
•PHYTOTUX sirop
•PIRACETAM ARROW 20 % sol buv
•PIRACETAM MYLAN 20 % sol buv
•PIRACETAM QUALIMED 20 % sol buv
•PIRACETAM SANDOZ 20% sol buv
•PIRACETAM TEVA 20% sol buv
•PNEUMOREL 0,2 % sirop
•PO 12 2 % crème
•POLARAMINE 0,01% sirop
•POLARAMINE 5mg/1ml sol inj
•POLERY sirop ad
•POLERY sirop enf
•POLERY sirop sans sucre adulte
•POLYSILANE UPSA gel oral en tube
•POLYSILANE UPSA gel oral sachet-dose
•POTASSIUM RICHARD 3% sirop
•POTASSIUM RICHARD 440 mg/15 ml sirop
•POVANYL 50 mg cp enr
•PREPULSID 1mg/ml susp buv enfant nourrisson
•PRIMADRILL sol p pulv bucc
•PRIMALAN sirop
•PRIMPERAN 0,1 % sol buv édulcoré adulte
•PRIMPERAN ENFANTS 2,6 mg/ml sol buv
•PRIMPERAN NOURRISSONS ET ENFANTS 2,6 mg/ml sol buv
•PROCTOLOG crème rect
•PYOREX pâte dentifr/gingiv
•QUINTONINE sirop
•QUITAXON 10mg/ml sol buv
•QUITAXON 10mg/ml sol buv
•QUOTANE 0,5 % crème
•REGRANEX 0,01% gel
•REMINYL 4mg/ml sol buv
•RESPILENE 3mg/5ml sirop enfant
•RETACNYL 0,025 % crème
•RETACNYL 0,05 % crème
•REVITALOSE sol buv
•RHINADVIL cp enr
•RHINATHIOL CARBOCISTEINE 2 % sirop expectorant enfant
•RHINATHIOL CARBOCISTEINE 2 % sirop sans sucre expectorant enfant
•RHINATHIOL CARBOCISTEINE 5 % sirop expectorant adulte
•RHINATHIOL CARBOCISTEINE 5 % sirop sans sucre expectorant adulte
•RHINATHIOL Pholcodine 0,06 % sirop toux sèche enfant
•RHINATHIOL PROMETHAZINE sirop
•RHINO SULFURYL sol p pulv nasal
•RHINOTROPHYL sol p pulv nasal
•RIFADINE 2 % susp buv
•ROCALTROL 0,25μg caps molle
•ROCGEL susp buv
•ROSICED 0,75 % gel p appl loc
•ROZAGEL 0,75 % gel p appl loc
•ROZEX 0,75% gel
•SANOGYL BLANC pâte dentifr
•SARGENOR 0,5g/5ml sol buv enfant
•SARGENOR 1g/5ml sol buv
•SARGENOR A LA VITAMINE C sol buv
•SCHOUM sol buv
•SEDATIF TIBER sirop
•SENSIVISION AU PLANTAIN 2 % collyre en unidose
•SEROPRAM 40 mg/ml sol buv
•SOLIAN 100 mg/ml sol buv
•SOLUTION STAGO DILUEE sol buv
•SOLUVIT pdre p sol inj
•SURELEN sol buv ad
•SURFORTAN sol buv
•SYMPAVAGOL cp enr
•SYNEDIL 0,5g/100ml sol buv
•TALOXA 600mg/5ml susp buv
•TEGRETOL 20mg/ml susp buv
•TELZIR 50mg/ml susp buv
•TERCIAN 40 mg/ml sol buv
•TERLOMEXIN 200 mg caps vagin
•THERALENE 0,05 % sirop
•THERALENE 4 % sol buv en gte
•TIAPRIDAL 5mg/gte sol buv
•TITANOREINE crème
•TITANOREINE lidocaïne 2% crème
•TOCLASE TOUX SECHE SANS SUCRE 0,213 % sol buv
•TOCO 500mg caps molle
•TONICALCIUM sol buv ad
•TONICALCIUM sol buv enf
•TONIQUE VEGETAL sol buv
•TOPAAL susp buv
•TRIDESONIT 0,05 % crème
•TRILEPTAL 60mg/ml susp buv
•TRIMETAZIDINE ARROW 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE BIOGARAN 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE EG 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE MYLAN 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE QUALIMED 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE RATIOPHARM 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE SANDOZ 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE TEVA 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE WINTHROP 20 mg/ml sol buv
•TRIMETAZIDINE ZYDUS 20 mg/ml sol buv
•TROLAMINE BIOGARAN 0,67 % émuls p appl cut
•TROSYD 1 % crème
•TRUE TEST disp transderm
•TUSSILENE 5 % sol buv sans sucre adulte
•TUSSILENE sirop Ad
•TUSSILENE sirop Enf
•TUSSISEDAL sirop
•ULCAR 1 g susp buv
•UN ALFA 0,1 μg/gte sol buv
•UROSIPHON 2g sol buv
•UVIMAG B6 sol buv
•VANIQA 11,5 % crème
•VASTAREL 20 mg/ml sol buv
•VEDROP 50 mg/ml sol buv
•VEPESIDE 50mg caps
•VERASKIN gel p appl cut
•VERMIFUGE SORIN 10 % sirop
•VERSATIS 5% emplâtre médicamenteux
•VIMPAT 15 mg/ml sirop
•VINCRISTINE TEVA 0,1 % (1 mg/1 ml) sol inj IV
•VIRAMUNE 50mg/5ml susp buv pédiatrique
•VIRLIX 10mg/ml sol buv
•VITA-DERMACIDE crème
•VOGALENE 0,1 % sol buv
•XOLAAM susp buv en fl
•XYLOCAINE NAPHAZOLINE 5% sol p appl loc
•XYLOCAINE NEBULISEUR 5 % sol p pulv bucc
•XYLOCAINE VISQUEUSE 2% gel oral
•ZADITEN 1mg/5ml sol buv
•ZEFFIX 5 mg/ml sol buv
•ZIAGEN 20mg/ml sol buv
•ZINNAT 125mg cp pellic
•ZINNAT 250mg cp pellic
•ZINNAT 500mg cp pellic
•ZOPHREN 4 mg lyoph oral
•ZOPHREN 8 mg lyoph oral
•ZOVIRAX 200 mg/5 ml susp buv
•ZOVIRAX 800 mg/10 ml susp buv
•ZYMADUO 150 UI sol buv
•ZYMADUO 300 UI sol buv
•ZYPREXA VELOTAB 10mg cp orodispers
•ZYPREXA VELOTAB 15mg cp orodispers
•ZYPREXA VELOTAB 20mg cp orodispers
•ZYPREXA VELOTAB 5mg cp orodispers
•ZYRTEC 10 mg/ml sol buv

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/12/04/22886887.html

Articles trouvés sur:  alterinfo.net

 

 

 

Publicités