Étiquettes

, , , , ,

zen paysage

– 6 –

L’esprit de la vallée3 ne meurt pas ; on l’appelle la femelle mystérieuse.
La porte de la femelle mystérieuse s’appelle la racine du ciel et de la terre.
Il est éternel et semble exister (matériellement).
Si l’on en fait usage, on n’éprouve aucune fatigue.

Notes du chapitre 6
 
|3| L’expression kou-chen, « l’Esprit de la vallée », désigne le Tao. Le mot kou, « vallée », se prend ici dans un sens figuré. Une vallée est vide et cependant elle a un corps, c’est-à-dire elle existe matériellement. Mais « l’Esprit de la vallée » est vide et immatériel (littéralement : et sans corps). Ce qui est vide et immatériel n’a point reçu la vie ; comment pourrait-il mourir ? L’expression kou-chen, « l’Esprit de la vallée », est destinée à exprimer sa vertu (la vertu du Tao).
L’expression hiouen-p’in, « la femelle mystérieuse », sert à exprimer ses mérites. Cette « femelle » produit tous les êtres. On l’appelle hiouen, « mystérieuse », pour dire que si l’on voit naître les êtres, on ne voit pas ce qui les fait naître. Le mot hiouen a le sens de « obscur, profond, impénétrable ». Tous les êtres ont reçu la vie, et, en conséquence, ils sont sujets à la mort. « L’Esprit de la vallée » n’est point né, c’est pourquoi il ne meurt pas.

 http://taoteking.free.fr