Étiquettes

, , ,

Canal+ interview Raphaël Berland, du Cercle des Volontaires, pour en faire un montage orienté



Que dire si ce n’est que ce « fait divers de l’information » est un cas d’école de manipulation. Tout y est passé en revue: montage méchamment orienté, musique d’ambiance oppressante, mensonges à répétition, voix off en mode comique de cabaret, interview ultra courte décontenancée de sa substance et surtout diabolisation à outrance. 

Tout y passe pour assimiler la quenelle à un geste nazi (pourtant même le CRIF a blanchi ce geste, c’est dire), les manifestants pour des extrémistes et les médias citoyens tel que le cercle des volontaires comme des antisémites. Après le coup du sketch sur le génocide rwandais, Canal plus est décidément passé maître dans la manipulation et la provocation abjecte. Fawkes

Cercles des volontaires:

Le 22 janvier dernier, j’ai accordé un entretien à Ariel Wizman, de Canal +, pour l’émission « La Nouvelle Edition ». En effet, Ariel Wizman avait contacté le Cercle des Volontaires pour une interview « dans le cadre d’un reportage pré-Jour de Colère, afin d’en montrer la diversité de sensibilités ». En réalité, il cherchait à démontrer que nous étions un journal obsédé par la question juive. D’un entretien qui a duré 50 minutes, Canal + ne retiendra que 1 minute 30, avec un montage-vidéo très orientée. Exit toutes les questions géopolitiques, le sionisme, la non-représentativité de la classe médiatico politique…

Précisons que d’emblée, la présentation que Canal + fait du Cercle des Volontaires contient une énorme erreur (qui constitue une diffamation à notre égard) : aucun journaliste de Mediapart n’a assimilé  le Cercle des Volontaires à la « fachosphère, antisioniste, pro-iran, pro-assad, conspirationniste, aux confins de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche », que ce soit par écrit ou dans une vidéo.

Alors que, en visionnant l’intégralité de l’interview, on comprend aisément que je n’ai aucun grief à l’encontre des juifs en général, Canal + cherche à montrer le contraire. Je vous laisse en juger par vous-même.

Voici le montage (que j’estime très orienté) réalisé par l’équipe de La Nouvelle Edition (le sujet démarre à la 4ème minute) :

Cliquez ci-dessous:


Voix off : « Un peu avant la manifestation, nous avons rencontré le Cercle des Volontaires, un mouvement dit de « ré-information », assimilé pourtant par Mediapart à la fachosphère, antisioniste, pro-iran, pro-assad, conspirationniste, aux confins de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche, un de ses fondateurs, Jah Raphaël Berland, tient à soutenir Dieudonné en lavant la quenelle de tout antisémitisme. »

Raphaël Berland : « ça n’a strictement rien à voir avec le sionisme ni le nazisme. C’est juste un geste potache qui veut dire « dans ton cul ». Si trois personnes vont faire des doigts d’honneur ou des bras d’honneur, devant des symboles juifs ou devant un mémorial de la Shoah, est-ce que tout de suite le bras d’honneur ou le doigt d’honneur va devenir un geste antisémite. ça n’a rien à voir avec les juifs, rien ! »

Voix off : « Jah Raphaël, un garçon pourtant brillant et curieux, semble revenir indéfiniment vers des thématiques obsessionnelles. »

Raphaël Berland : « L’antisémitisme, c’est un racisme parmi d’autres. »

Ariel Wizman : « L’antisémitisme a quelque chose de particulier, c’est qu’il est lié au plus grand crime organisé de l’Histoire depuis la deuxième guerre mondiale. »

Raphaël Berland : « Ça c’est quelque chose qu’on vous a mis dans le crâne, c’est-à-dire que ceux qui ont souffert de la seconde guerre mondiale, c’étaient les juifs, mais pas qu’eux […]. [on dirait que] ce sont les juifs qui ont la médaille de ceux qui ont le plus souffert du racisme. Mais c’est ridicule ! Les noirs aussi pourraient revendiquer ça, et puis on va aller où avec ça ? […] »

Ariel Wizman : « Qu’est-ce qu’ils ont de spéciaux, les juifs, pour attirer votre attention à ce point ? »

Raphaël Berland : « Regardez leur visibilité, quand-même ! Est-ce qu’ils ne sont pas proportionnellement plus représentés dans certains métiers ? Moi, ça ne me dérange absolument pas ; c’est comme les chinois, ou les libanais qui sont très forts dans le commerce. Chaque peuple a ses particularités, on va pas le nier. Les arméniens aussi sont très doués pour le business. »

Ariel Wizman : « Dans quels métiers ?

Raphaël Berland : « Les juifs ? dans la musique, déjà, dans les arts, la culture. Après, aujourd’hui, dans les médias, dans la politique […]. Est-ce que le monde bancaire est pas en partie, je dis pas complètement, parce qu’il y a également des protestants, des laïques [sic : des athées], etc. mais en partie dominé par des gens qui sont de confession juive ou qui sont d’origine juive ? […] [Pour] Moi, vous savez, toutes ces questions, ça n’a rien à voir avec les juifs, rien. »

Retour au plateau

Ali Baddou : « Rien »

Ariel Wizman : « Vous voyez, ça n’est quand-même pas la fête, la quenelle »

Ali Baddou : « Non, je ne sais même pas s’il faut commenter des propos pareils »

Décryptage

En réalité, c’est Ariel Wizman qui est obsédé par la question juive, alors que je ne parle que de sionisme. En effet, c’est lui qui reviendra sans cesse sur le sujet, martelant ses questions à propos des juifs, de l’antisémitisme, cherchant à obtenir des propos croustillants.

En passant, il est surprenant de constater qu’on peut tout-à-fait dire que les français noirs et arabes sont sous-représentés en politique et dans les médias, c’est politiquement correct. En revanche, dire que les juifs sont sur-représentés en politique et dans les médias, c’est prendre tout de suite le risque d’être perçu comme antisémite. Les réactions excessives autour de la question juive me laisse perplexe

Nous vous proposons à notre tour un petit montage qui met en lumière le caractère répétitif et obsessionnel des questions d’Ariel Wizman.

http://www.youtube.com/watch?v=pfwfySEylno#t=28
Et la vidéo compléte, de l’entretien, filmée dans ce but, pouvoir montrer, que tout média alternatif, sera discrèdité, aux yeux du grand public:

http://www.youtube.com/watch?v=fMNx0duHfkA

Intégralité de l’entretien

Rappelons que l’entretien a duré 50 minutes ! Alors, bien sûr, cela était prévisible. Mais pour autant, fallait-il décliner l’invitation ? Comme on dit, il ne faut jamais laisser une chaise vide… Finalement, l’approche du sociologue Pierre Bourdieu était sans doute la bonne : n’accepter une invitation qu’à certaines conditions. En guise de protection minimale, j’avais demandé l’autorisation de filmer l’intégralité de l’entretien, que voici. Nous vous prions de nous excuser pour la prise de son, qui capte le bruit ambiant du bar, ce qui gêne l’audition pour la seconde moitié de l’entretien.

Source:
Cercle des volontaires

1 commentaire:

Je rajouterais qu’à leur place, je n’aurais jamais accepté l’interview. Autant demander à BFMTV de faire un reportage sur les médias citoyens, c’est la même…

On part directement perdant avant le coup de départ. Certes la supercherie est démasquée sur les médias citoyens mais les téléspectateurs eux n’en seront que plus confortés dans leurs à priori infondées…et le fossé se creuse.

Deux choix: soit ils se servent sciemment de ce fossé pour attiser la haine entre les communautés, soit ils se font dans le froc parce que leur crédibilité devient bien maigre et préfère tirer à boulets rouges pour serrer les rangs, les deux pouvant se cumuler…

http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/02/canal-interview-raphael-berland-du.html