Étiquettes

, , , , , , , ,

Depuis le début de la crise ukrainienne, je me pose la question suivante : comment peut-on, à la lumière des évènements dans l’Union Européenne, tant au niveau démocratique qu’économique, voir une population se lever pour réclamer le droit d’entrée dans un ensemble supranational qui semble plutôt proche de sa chute que de son apogée ?

 

L’origine de la crise

L’Ukraine risquait le défaut de paiement et était sous perfusion du FMI, allant même jusqu’à demander l’aide de la Chine son système d’irrigation en octobre 2013 tant elle était à court de financement.

La problématique pour le gouvernement était de choisir entre un partenaire historique, la Russie (24% des exportations du pays et 35% de ses importations), dotée de ressources en gaz naturel et l’UE qui représente un marché potentiel de 500 millions de consommateurs.

ADVERTISEMENT

Coté Union Européenne, la promesse était alléchante la commission a estimé q’une croissance de 6% par an aurait lieu dès que l’Ukraine signerait l’accord ! Le commissaire Štefan Füle a également mentionné la possibilité de lui accorder une aide à hauteur de 186 millions d’euros et 610 millions d’euros une fois que toutes les conditions de l’Union Européenne seraient satisfaites.

Seulement voilà, l’Ukraine n’étant pas aux normes européennes, une étude affirme que le cout estimé serait de 150 milliard, selon le premier ministre Ukrainien, quand l’UE accordait au mieux un financement de 800 millions d’euros.

Coté Russie, cette dernière offrait 15 milliards de dollars pour financer une partie de la dette Ukrainienne et 10 milliards de rabais sur la facture de gaz.

En échange de quoi l’Ukraine devait s’engager dans une coopération militaro-industrielle consistant au renouvellement de la flotte russe avec un accès privilégié à la mer noire.

Une visite des inspecteurs du FMI, finit de sceller le destin de l’accord Ukrainien, ces derniers demandant au gouvernement d’augmenter les prix du gaz, et de geler les salaires. (Cela ne vous rappelle rien ?) C’en était trop pour le premier ministre Mykola Azarov, qui choisit définitivement de se tourner vers la Russie.

(Le premier ministre Ukrainien vient tout juste de démissioner à l’heure où j’écris ses lignes.)

 

Qui sont les manifestants ?

Les manifestants sont pour beaucoup originaires de Galicie, une région d’Ukraine proche de la Pologne ayant pour trait un fort caractère anti-russe et nationaliste.

Mais on trouve également des étudiants qui protestent contre le pouvoir en place. En 2004, lors des révolutions colorées, les étudiants étaient partie prenante aux manifestations.

 

Les liens du gouvernement américain avec les manifestants.

Les liens des ONG américaines avec les étudiants sont connus depuis longtemps. En 2005, le journal Libération publiait un article révélant l’appui de certaines ONG et autres fondations très proches du gouvernement américain comme Freedom House (financé par Georges Soros) ou OTPOR.

Un des chefs de fil de l’opposition est Oleh Tyahnybok, le dirigeant du parti SVOBODA qui se réclame historiquement l’héritier de l’armée insurrectionnelle ukrainienne qui était composée d’anciens SS.Le premier logo du parti SVOBODA reprenait une symbolique Nazi.

 Logo du parti SVOBODA (de 1991 à 2003)

(Logo du parti SVOBODA de 1991 à 2003)

Oleh Tyahnybok émet des réserves quant à l’intégration européenne en invoquant l’Europe des Nations tout en étant favorable à l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN.

Cette position proche des USA n’a rien d’étonnant venant d’un nationaliste ukrainien.L’histoire nous apprend que les nationalistes ukrainiens originaires de Galicie ont formé l’armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA).

Cette milice avait été utilisée par les américains malgré ses crimes (ils auraient massacré jusqu’à 80 000 civils polonais entre 1942 et 1944), tout était bon pour combattre l’armée Rouge. Le financement par la CIA de l’armée insurrectionnelle ukrainienne, avait d’ailleurs été dénoncé par l’agent double KIM Philby.

Les liens des américains avec leurs anciens alliés semblent encore solide, voici une photo du Sénateur John McCain en compagnie du leader du parti SVOBODA en décembre 2013. Le Buisness Insider avait d’ailleurs réagi violement à cette occasion.

 

Les manifestations en Ukraine, ce qu’on en dit et ce qu’il s’y passe.

A la lecture de ces révélations, vous pourrez me dire, certes on peut établir un lien entre les USA et les principaux mouvements contestataires en Ukraine, mais de là à sous entendre une ingérence américaine dans les affaires ukrainiennes, n’allez vous pas un peu loin ?

Pour appuyer mon propos, voici cette vidéo extraite d’un JT Russe, on y explique qu’ont été retrouvé sur des manifestants des tracts expliquant comment préparer une émeute. Le plus étonnant étant que ces tracts ressemblent à s’y méprendre à ceux trouvés en Egypte lors des manifestations qui ont abouti à la chute du régime !

 (Autre exemple de tracts)

(Tracts trouvés en Egypte)

  (Comparatif des tracts trouvés en Egypte et en Ukraine.)

(Comparatif des tracts trouvés en Egypte et en Ukraine)

 

J’ai donc fait des recherches sur ces fameux tracts et il s’avère qu’ils ont été produits par l’ONG serbe OTPOR (largement financé par Freedom House)  qui avait largement contribué à la chute de Milosevic. D’alleurs Freedom House est désormais présidé par l’ancien dirigeant de la CIA James Woosley. Ce dernier est un proche du Sénateur McCain et avait été engagé comme conseiller lors de la campagne présidentielle de 2008.

 (James Woosley président de Freedom House qui financait OTPOR. Cette photo date de l'époque où il était directeur de la CIA)

(James Woosley président de Freedom House qui financait OTPOR. Cette photo date de l’époque où il était directeur de la CIA)

 

OTPOR se présente comme un centre de formation pour l’action non-violente, l’ONG reconnait avoir formé des révolutionnaires en Géorgie, en Ukraine, en Biélorussie, aux Maldives, en Egypte et au Venezuela.

 (Autre exemple de tracts)

(Autre exemple de tracts)

 

A la vue de ces tracts qui expliquent comment résister ou comment attaquer la police anti-émeute, on peut douter de l’objectif « non violent » de l’ONG.

D’ailleurs j’avais rédigé un article à propos des militants que les médias français décrivaient comme « pacifistes », voici une vidéo relayée par l’Agence Info Libre, vous pourrez en juger vous-même…

 

Et la population Ukrainienne dans tout ça ?

La population Ukrainienne ne semble pas enchantée par l’idée européenne en décembre 2013, 55% des Ukrainiens n’étaient sont pas favorables à l’accord d’association avec l’UE.

Le parti communiste ukrainien qui représente environ 13% des voies est contre l’entrée dans l’UE, il avait d’ailleurs demandé un référendum. En Novembre 2013, le parti a récolté la bagatelle de 4 millions de signatures pour exiger un référendum contre l’intégration européenne. Soit 9% de la population totale du pays !

 (Campagne des communistes Ukrainiens)

(Campagne des communistes Ukrainiens)

Dans la presse Russe, je suis tombé sur un article expliquant que des rassemblements avaient eu lieu devant l’ambassade des Etats-Unis , les protestataires ont demandé l’arrêt des manifestations, et à la vue de ces éléments, le choix de ce lieu pour faire valoir leurs revendications n’est surement pas dû au hasard !

 

Conclusion :

A ma question bête, comment une population peut vouloir entrer dans l’Union Européenne quand on voit les résultats catastrophiques de celle-ci, tant au niveau démocratique, qu’économique ?

En y regardant de plus près, le rapprochement avec la Russie via un accord militaro-industriel n’était sans doute pas acceptable pour les américains. Ils ne voulaient pas laisser à la Russie le contrôle d’un pays censé être acquis après la révolution orange de 2004. L’Ukraine avait d’ailleurs renoncé à entrer dans l’OTAN en juin 2010.

Il est désormais établit que les USA ont une action très significative pour former une partie de la population à la révolution, même si pour arriver à atteindre leur but, ils doivent former et financer des néo-nazis, aux cotés d’étudiants manipulés par la promesse d’un libre marché à l’occidental qui serait porteur d’un bonheur éternel.

On peut se poser une question simple concenrnant l’action de l’Union Européenne, pourquoi tenait-elle tant à intégrer l’Ukraine dans son marché commun ? L’UE a déjà beaucoup de peine à intégrer ses 28 membres, alors pourquoi cette volonté de faire entrer un pays en grande difficulté financière ? Je m’avance peut-être, mais si ça n’est pas dans son intérêt alors c’est sans doute pour le compte des USA qui voient l’Ukraine comme un pays stratégique vis-à-vis de la Russie. Cela peut paraître farfelu, mais rappelons que l’UE a soutenu toutes les actions diplomatiques des Etats-Unis ces 10 dernières années…

 (Affiches de la campagne socialiste de 1992 aux Européennes, nous aurait-on menti?)

(Affiches de la campagne socialiste de 1992 aux Européennes, nous aurait-on menti ?)

De la CIA aux néo-nazis, la face cachée de la crise Ukrainienne – AgoraVox le média citoyen.