Étiquettes

,

Un hommage à ce grand homme, dont les livres, m’ont fait rire, mais rire, à m’en péter les abdos …durant mon adolescence. Mes respects cher Monsieur, reposez en paix…Bien que j’imagine, que le repos ne puisse être simple, pour un personnage, tant attaché à la liberté d’expression, à l’insolence, et l’insoumission.

appréciez l’article:

cavanna choron dieudo

François Cavanna a été un inventeur génial. Un créateur gonflé… Que deviendrait le monde sans ces gens-là ?

Cavanna est à la presse française ce que les Beatles sont à la musique. Autodidacte, hors normes, désargenté, il a réussi en compagnie de Georges Bernier, alias le professeur Choron, à créer de toute pièce un journal d’une impertinence qui réduisait à néant le conformisme ambiant. Après Hara-Kiri, en réalité rien ne fut jamais pareil. Esthétique, humour, message politique, bande dessinée, caricature : tout était neuf.

À leur manière, Cavanna et Choron étaient un peu les Dieudonné et Soral du moment. Classés vulgaires et pas drôles, insultés, traînés devant les tribunaux, interdits, les bien-pensants se sont acharnés. Quelques années plus tard, ils étaient copiés et le moindre scribouillard s’en réclamait. Ceux-là même qui, parés d’une écharpe rouge, viendront leur rendre un vibrant hommage, sont les fils spirituels de ceux qui réclamaient leurs têtes dans les années 60-70. (Se souviendront-ils que le titre Charlie Hebdo a été créé dans l’urgence suite à l’interdiction de Kara-Kiri ?)

Autour de Cavanna et de son compère, une foule de talents se pressaient : Reiser, Cabu, Gébé, Topor, Wolinski… et même un inconnu surnommé Coluche qui venait de temps à autre prêter main forte et dont ils ont été les premiers à signaler les performances scéniques dans leurs colonnes.

Aujourd’hui, Charlie Hebdo n’est même pas l’ombre de lui-même. Juste une feuille de chou qui tente de se la jouer rebelle alors qu’elle ne fait que taper sur des clous déjà enfoncés. Rien de l’état d’esprit originel n’a survécu. Les repreneurs n’ont su faire évoluer ni le style, ni le regard sur la société. Charlie Hebdo n’est plus que le Paris Match des ex-soixante-huitards reconvertis dans le politiquement correct, l’antiracisme de salon et autres images d’Épinal en voie d’extinction. L’exact opposé de l’élan impulsé par Cavanna et Choron.

François Cavanna a été un inventeur génial. Un créateur gonflé… Que deviendrait le monde sans ces gens-là ?

source: http://www.bvoltaire.fr/janyleroy/cavanna-le-dieudonne-des-annees-70,49229